mercredi 25 mai 2016

Le merveilleux maire Veilleux (comédie en un acte)

(L'action se passe dans un condo au décor très zen d'une ville très corrompue. Miranda, la cousine du maire Veilleux, est en sueur. Les fenêtres sont illuminées par les gyrophares d'une brigade policière qui s'apprête à investir les lieux. Un policier corrompu, au sein de l'administration de cette ville corrompue, vient de les aviser qu'ils s'en viennent... On entend seulement la voix du maire Veilleux au téléphone qui lui dit quoi faire.)

Maire Veilleux: Vite Miranda! Ils arrivent! T'as pas le temps de tataouiner! Prends les poches de hockey cachées dans l'garde-robe et floche tous les billets de banque dans les toilettes! Ces billets sont marqués sacrament! On a été piégé par des tabarnaks de réactionnaires qui n'aiment pas le progrès dans notre belle ville!

Miranda: Oui, oui... J'vais tout flocher Gilles... C't'idée aussi de cacher le fric dans mon condo... T'auras pas pu l'crisser ailleurs?

Maire Veilleux: Il n'y a qu'à toi que j'peux faire confiance Miranda... Notre belle ville est remplie de jaloux qui ne savent pas c'est quoi la politique... Ils pensent que tout se fait tout seul...

Miranda: Gilles! Comment tu veux que j'floche un million de dollars comme ça dans les toilettes!!! C'est d'l'argent en tabarnak! Les toilettes vont boucher!

Maire Veilleux: Elles ne boucheront pas si tu commences tout de suite...

Miranda: C'est en plein c'que j'fais! Tu m'entends pas flocher les toilettes?

(Elle floche les toilettes. évidemment.)

Maire Veilleux: Tout ça n'serait jamais arrivé sans ces hosties d'étudiants communistes, des tabarnaks d'anarchistes qui défilent dans les rues le jour pis 'a nuitte pour jouer aux inquisiteurs espagnols avec nous autres! On a développé la ville! On n'a pas compté les heures pour qu'il y ait un amphithéâtre, un colisée, un stade, une autoroute, un escalier, une statue... Ils pensent qu'on va faire des affaires qui nécessitent des milliards d'investissements avec un p'tit salaire de fonctionnaire crève-la-faim! Quand tu veux jouer dans les ligues majeures, tabarnak, tu t'arranges pour qu'ça s'fasse!

Miranda: La police cogne 'a porte! J's'rai jamais capable de tout flocher l'argent saint-ciboire de calice!

Maire Veilleux: Lance-lé par la fenêtre au pire! Fais d'quoi saint-chrême!

Miranda: J'essaie! J'essaie!

Maire Veilleux: Essaye pas! Fais-lé tabarnak!!!

Un policier: Ouvrez la porte madame! Nous savons qu'vous êtes là! Si vous n'ouvrez pas la porte, nous allons la défoncer!

Miranda: (Aux policiers) Ça s'ra pas long faut que j'm'habille! J'suis tout nue!

(Miranda tente d'ouvrir la fenêtre mais elle semble bloquée.)

Miranda: Ouvre! Ouvre christ de fenêtre!!!

(La fenêtre n'ouvre toujours pas. Miranda tombe sur son postérieur et la poche de hockey laisse s'échapper des milliers de dollars. La toilette est bouchée par le fric et l'eau reflue sur le plancher. Miranda pleure. Les policiers défoncent la porte.)

Un policier: Police! Miranda Veilleux vous êtes en état d'arrestation pour complicité avec une bande criminelle... Tout ce que vous pourriez dire pourrait être retenue contre vous...

Miranda: Gilles! Gilles! I' m'arrêtent!

Maire Veilleux:  ... (Il a raccroché. On entend le long timbre sonore du téléphone puis le message d'usage.)

Message d'usage: S'il-vous-plaît veuillez raccrocher. Ceci est un message enregistré.

Un policier: Tabarnak! As-tu vu les poches d'hockey? I' doit bien y avoir quelques cent milles piastres là-dedans... peut-être même quelques millions... J'ai jamais vu autant d'argent d'ma vie!

Miranda: Je suis la cousine du maire Veilleux! Vous allez regretter de m'avoir arrêtée! Le maire Veilleux va vous dégommer! Vous allez tous perdre votre job!

Un policier: En ce moment même, madame Veilleux, on doit être en train de passer les menottes à votre cousin...

Miranda: Honte à vous! Un homme qui a tout donné pour sa ville!

(Les lumières s'éteignent. Les rideaux se ferment. On entend la célèbre chanson de Lucien Boyer, C'est en r'venant de voir mon ragoût.)

Aucun commentaire: