dimanche 15 novembre 2015

Mes sympathies à ma France

J'ai longtemps hésité à écrire quoi que ce soit suite aux attentats terroristes survenus récemment à Paris.

D'abord, je ne voulais pas faire comme ce fameux poète dont parle Dostoïevski à travers la bouche de Ivan Karamazov. Je n'ai pas la référence exacte. J'ai lu ce bouquin il y a près de vingt-cinq ans et n'y ai pas remis le nez depuis.

Par contre, je me souviens très bien de ce poète qui assiste à un naufrage sur le bord de la plage et qui en vient à dire, substantiellement, qu'il ne faut pas regarder les naufragés mais lui, le poète, qui souffre sur la plage en les regardant se noyer...

La souffrance des victimes de ces attentats terroristes n'a aucune mesure avec ma petite souffrance, mes petites analyses et mes théories sur ceci ou cela.

La France et le monde entier peuvent très bien se passer de mes commentaires. Par contre, je tiens tout de même à offrir mes sympathies à ma France, pays de mes ancêtres et patrie spirituelle de cette "liberté libre" dont parlait Arthur Rimbaud.

Les responsables de ces attentats terroristes sont... les responsables de ces attentats terroristes.

Il ne faut pas chercher de midi à quatorze heures. Ni chercher à instrumentaliser cet acte de barbarie innommable qui ne peut que soulever le coeur de n'importe qui, du pacifiste jusqu'au militaire.

Vous me permettrez de ne pas en dire plus. J'aurais l'impression, justement, de m'imposer en tant que gérant d'estrade qui instrumentalise ces innocentes victimes pour servir son charabia.

J'en ai soupé de tout charabia.

Ces déchets de l'humanité qui disent que Allah est grand avant que de tuer des civils ne méritent aucune empathie. aucune analyse, aucune théorie, aucune justification, aucune atténuation: RIEN! Leur cause est le néant. Leur cause est l'obscurité. La nôtre, c'est la vie, la liberté, la musique, la joie et l'amour.

***

Régent Ladouceur porte un patronyme qui n'inspire pas la guerre. Il porte dans son arbre généalogique des vertus qui ont probablement permis à l'un de ces ancêtres de cette bonne vieille France d'être reconnu sous le sobriquet de La Douceur. Les miens devaient être plutôt gueulards, ou Bouchard, voire ressuscités, ou René... Ou Lefebvre, ou Létourneau, ou Dubé, ou Blanchone...

Régent ne fréquente pas vraiment les réseaux sociaux et dispose à peine d'une adresse de courriel pour s'exprimer un tant soit peu via La Matrice.

Il m'a envoyé ce courriel hier soir en me demandant de le partager, si je le voulais bien.

Il me semble approprié.

Voici son contenu que je vous livre ici, en supposant qu'il est d'accord avec sa publication.

***
De Régent Ladouceur à Gaétan Bouchard

Trois-Rivières, 14 novembre 2015, 21h45

Salut Gaétan,
 
Je tenterai d’être bref.
 
Jour noir pour l’Humanité...
 
Hier, en voyant les vigiles d’un peu partout à la télé, spontanément je me suis levé et j’ai déposé une simple bougie au bord de ma fenêtre. Être là, présent et solidaire.
Puis, la phrase de Ernst Jünger m’est revenu... “Il suffit d’une bougie pour disperser tant d’ombres.”
 
Depuis, cette phrase me revient. Je sais l’avoir noté. Plus exactement, elle dit ceci: “Chaque homme est une lumière et chaque lumière qui s’allume est une défaite des ténèbres. Il suffit d’une bougie pour disperser tant d’ombres”  -Ernst Jünger / La paix.
 
 
...
 
Si tu crois que ce geste fait du sens, peux-tu en faire part sur ton blogue. Ou sur ton compte Facebook.
Imagines, tant de fenêtres et tant de bougies... Être là, présent et solidaire.
 
Amitiés,
Régent.
 
PS: Comme tu le sais, je ne suis sur aucuns réseaux sociaux... Voilà le pourquoi de ce courriel.