vendredi 27 novembre 2015

Étienne Flamand est un trou du cul bien peigné

Étienne Flamand est un trou du cul qui a toujours baisé le cul des autorités depuis sa plus tendre enfance.

À l'école, jamais il ne remettait en question le savoir de ses professeurs.

-S'ils sont là où ils sont rendus, c'est parce qu'ils doivent savoir ce qu'ils font...

Étienne Flamand avait d'autant plus raison de penser ainsi qu'il obtenait toujours de belles notes. Ce n'était pas un cancre, comme ces misérables qui se chamaillaient dans la cour d'école ou bien courtisaient des péronnelles décérébrées.

-S'ils étudiaient plus, ils réussiraient! se disait-il. Je ne veux pas devenir comme eux et vivre de l'aide sociale quand je serai vieux! Les filles? Pfff! Je peux m'en passer facilement! Elles viendront manger dans ma main quand je serai quelqu'un!

Étienne Flamand éprouva beaucoup de difficultés au secondaire. L'éveil de sa sexualité faillit perturber son jugement. Heureusement qu'il résista à l'attrait des femmes de mauvaise vie en achetant des revues pornos pour se dégraisser le salami et se purifier les idées de toute tentative de rébellion.

Pour Étienne Flamand, rien n'était plus vulgaire que d'écouter Pink Floyd et Offenbach. C'était vraiment de la musique de nullités analphabètes et illettrées.

-L'école c'est tout... La rébellion contre l'école ne mène à rien... Aussi je ne participerai jamais à cette foutue grève étudiante! Je veux obtenir mon diplôme et devenir enfin quelqu'un!

Il passa du secondaire au collégial, puis à l'université, sans jamais critiquer ses professeurs.

Puis il devint journaliste. Journaliste politique. Il couvrait les réunions du conseil de ville, puis les assemblées parlementaires. Comme il était docile, bien élevé, jamais rebelle, avec une belle raie de cheveux peignée sur le côté, il fût vite repérer par les médias nationaux pour devenir le larbin de service de Tower Corporation, une entreprise familiale spécialisée dans la contre-révolution et l'enculage des peuples.

-Si les politiciens et les hommes d'affaires sont rendus là où ils sont, il doit y avoir une bonne raison, qu'il prétend toujours, Étienne Flamand. Ils doivent savoir ce qu'ils font!

Aujourd'hui comme hier, Étienne Flamand est un trou de cul qui baise le cul des autorités.

C'est de là, uniquement, qu'il tire sa réussite.

Les rebelles ne réussissent jamais.

Ni les pouilleux.

Ni les autres.

À moins qu'ils ne deviennent artistes.

On pardonne aux artistes de gueuler n'importe quoi parce qu'il faut bien une soupape de sécurité dans ce monde de marde pour libérer un peu cette pression qui émane de la plèbe.

Pour ce qui est de la vie privée de Étienne Flamand, eh bien elle fait pitié. Le pauvre a épousé une péronnelle décérébrée qui a fait semblant de manger dans sa main pour mieux le prendre par les couilles. Il a eu deux enfants avec elle, deux adolescents boutonneux qui prennent de la drogue et fomentent des grèves étudiantes, des manifestations et toutes sortes de rébellions envers l'autorité. Son épouse, quant à elle, offre son cul à des artistes, des crottés et des ivrognes.

Étienne Flamand a réussi dans la vie, qu'il se vante toujours devant le micro, mais dans le fin fond du fond c'est un pauvre con, un larbin ridicule, un ramasseux de crottin à la solde de Tower Corporation.