samedi 20 juin 2009

La fin du monde s'en vient


Cette histoire-là, je la tiens de Ti-Fern, un ami pas du tout achalant qui se prévaut d'un fabuleux talent de raconteux. Ce qui qui fait qu'on lui demande parfois de nous donner ses sources, pour l'étriver un peu.

Ti-Fern n'est pas bien gros, mais il a les nerfs solides. C'est un freak des années Frank Zappa et Captain Beefheart. Il connaît tout le monde et tout le monde le connaît parce qu'il parle à tout le monde, qui que vous soyez. C'est dans sa nature, communiquer.

Ce qui ne m'empêche pas de malicieusement lui demander quelles sont ses sources quand l'anecdote me semble un peu trop grosse.

-Mes sources? Appelle mon frère Lucien à St-Célestin. I' vit dans l'rang du Pays-Brûlé. Y'est à maison mais étonne-toé pas si y'est saoul un peu. Y'est en train de r'faire le toit d'sa maison pis sont une couple de chums en train de s'saouler...

-Qu'est-cé? I' s'saoulent pendant qu'i' sont su' l'toit? demandé-je.

-Pendant, avant, après. Mais parle-lui z'en de c't'affaire-là. C'est pas des pipes que j'te conte. C'est vraiment arrivé, la fin du monde à La Gabelle. Vrai comme j'essuie là, me dit-il en essuyant une tache de café sur la table avec un vieux torchon sale.

Ok Ti-Fern. Tu m'as encore eu. Je ne téléphonerai pas chez ton frère Lucien, dans l'rang du Pays-Brûlé. J'vais juste la raconter comme tu me l'as racontée, cette histoire-là.

***

D'abord je parlais du barrage de La Gabelle, sur la rivière Métabéroutin, au Nord de Twois-Wivièwes. Je lui disais que c'était un site pas mal cool pour faire un pique-nique en famille. Quelque chose du genre.

Et voilà que Ti-Fern m'en raconte une capable.

-Savais-tu que c'est là, à La Gabelle, que la fin du monde est arrivée?

-Comment ça la fin du monde?

-Ben... Hum... fit-il pour s'éclaircir la voix et retrouver son fil narratif. Y'a une maison dans l'coin de La Gabelle. Ah! Y'en a pas douze pis quinze. I' doit y'en avoir trois ou quatre. Ben imagine-toé don' qu'le toit d'une de ces maisons-là a été défoncé par une roche d'à peu près vingt livres qui a été pitchée en bas d'un avion qui passait au-dessus. Pis sais-tu c'qui était écrit sur la roche? «LA FIN DU MONDE S'EN VIENT. LES NAZIS ARRIVENT» C'était une roche qui devait servir d'indice pour un rallye de scouts... L'hostie d'épais a emprunté un avion pis l'a crissée en bas. Sauf qu'en bas, y'avait une maison. Pis dans maison, ben y'avait une pauvre vieille de quatre-vingts ans qui s'est mise à capoter que l'saint-chrême quand qu'a vue la roche... «LA FIN DU MONDE S'EN VIENT. LES NAZIS ARRIVENT» Ha! Ha! Ha! La v'là qui s'met à téléphoner les pompiers, le maire, la radio, Le Nouvelliste... Elle, la pauvre vieille, est sûre qu'la fin du monde s'en vient pis qu'les nazis arrivent! Hostie, c'était un indice pour un rallye de scouts pitché d'un avion par un calice de maillet!

***

Je n'en sais pas plus et vous laisse faire tout le travail d'historien à ma place.

C'est à cause de paresseux comme moi et Ti-Fern que naissent de foutues légendes, je sais.

Bien sûr, vous pouvez allez voir dans les archives du quotidien Le Nouvelliste pour savoir si c'est vraiment arrivé.

Ça se serait passé à l'époque où Pagliaro chantait cette chanson-ci.