jeudi 4 juin 2009

HONNEUR ET GLOIRE AUX MANIFESTANTS DE LA PLACE TIEN AN MEN


Le 4 juin 1989, il y a vingt ans, la dictature communiste chinoise envoyait l'armée sur la Place Tien An Men pour écraser les manifestants en faveur de la démocratie parlementaire et de la liberté d'expression. Du coup, l'étudiant de vingt ans que j'étais a vomi le marxisme et le fascisme rouge.

J'en veux aux loustics de nos collèges et universités qui souhaitaient abolir ici la démocratie parlementaire et la liberté d'expression. Ils n'étaient pas des révolutionnaires, mais des valets de l'Internationale du Parti Unique. Des lèche-bottes. Des lâches.

J'en veux aux caves diplômés qui visitaient la Roumanie, l'Albanie, la Chine et Cuba sur les bras des serfs de ces pays, au nom d'une quelconque «solidarité prolétarienne révolutionnaire marxiste-etc.»

Nos caves enseignent encore même si le mur de Berlin est tombé.

Et ils enseignent les mêmes conneries marxistes comme s'ils conduisaient des chars d'assaut fonçant sur des manifestants.

Honte à eux!

Honneur et gloire aux manifestants de la Place Tien An Men.

Ils ont gagné aux yeux de l'Histoire.

Les dictateurs et leurs partisans sont universellement souillés de boue, de pourriture et d'excréments. Le monde les regarde et crache de côté.

VIVE LA LIBERTÉ!