mercredi 8 mars 2017

À propos des femmes et des braillards

On célèbre les femmes aujourd'hui. Le 8 mars a été retenu en souvenir de la marche des femmes à Saint-Pétersbourg le 8 mars 1917. Cette manifestation spontanée, où tous les partis politiques de l'époque étaient absents, se tint pour réclamer du pain, la fin de la guerre ainsi que l'instauration de la république. Le tsar abdiqua quelques jours plus tard. Ce sont donc des femmes désarmées, avec la seule force de leurs convictions, qui réussirent l'impossible.

Le 8 mars est un congé férié dans quelques pays du monde. Il ne l'est pas encore ici.

Pourtant, on ne peut pas dire que l'on soit privilégié à ce titre.

Nous avons à peine plus de congés fériés que le Japon. Le même nombre que la Chine et les États-Unis, qui ne sont pas nécessairement de bons exemples à suivre. La France, l'Inde, le Danemark, la Suède et le Royaume-Uni nous dépassent largement. Il y a donc lieu de faire du 8 mars un jour férié. On doit bien ça aux femmes. On devrait aussi, quant à moi, faire du 21 juin un jour férié. C'est le Jour des Autochtones, la Fête du Soleil. On leur doit bien ça eux aussi. On pourrait aussi y aller avec le 11 novembre, le Jour dit du Souvenir... On rattraperait le Royaume-Uni à tout le moins. D'autant plus que nous avons la même souveraine...

Bonne journée internationale des femmes, femmes d'ici, mais allez travailler... On vous a interdit de voter, interdit d'avoir un compte bancaire, interdit d'empêcher la famille, interdit de vous séparer, interdit d'avoir la garde des enfants en cas de divorce, interdit d'occuper tel ou tel emploi... On ne va en faire un fromage, n'est-ce pas? C'est déjà oublié pour plusieurs d'entre nous. Il se trouve même des femmes pour affirmer qu'elles ne sont pas féministes. Comme il s'est sans doute trouver des esclaves pour dire à une autre époque qu'on mangeait bien sur la plantation du maître...

***

J'ai regardé hier un documentaire de 2006 tiré de l'émission 360 Géo. Cela se passe dans le village d'Umoja au Kenya. Umoja est un village où il n'y a que des femmes. Ces femmes ont été battues et répudiées par leurs maris parce qu'elles ont été violées...  On leur a aussi fait cette délicatesse d'exciser leur clitoris. Ces femmes se sont reprises en mains en bâtissant leur propre village, au grand dam des villageois environnants qui les traitent de salopes impures et putrides.

Y'en a-t-il qui osent encore demander pourquoi l'on célèbre le Jour de la Femme en ce 8 mars?

***

Ce matin je suis tombé sur une image qui illustrait les privilèges des mâles de façon sarcastique. On présentait des statistiques démontrant que les mâles obtiennent 80% des homicides, 93% des accidents de travail, 61% d'itinérance, 84% des suicides, etc.

À première vue, on se dit que le mâle n'est pas si privilégié que ça. De plus, son espérance de vie est plus courte que celle de la femelle.

J'ai retourné ça dans ma tête plusieurs fois sans être capable d'accuser les femmes pour ces statistiques.

Qui font les guerres? Des hommes. J'ai rarement vu des femmes inciter à la guerre. Cela se trouve, mais c'est nettement l'exception.

On peut donc dire qu'il existe une culture chez l'homme de type mâle qui se nuit à lui-même. Une culture de violence, de pouvoir et de refus de la diplomatie qui confine à l'imbécillité. L'homme qui n'assume pas pleinement son rôle d'homme, tel que défini dans une convention non-écrite, se trouve inévitablement ostracisé. Et d'abord ostracisé par la propre opinion qu'il peut avoir de lui-même. Si tant d'hommes se suicident et sombrent dans l'itinérance, il faut y voir une conséquence directe de la culture patriarcale. Les femmes en sont aussi victimes. Ce qui peut nous faire comprendre que le féminisme soit essentiellement une valeur de gauche. Parce que l'injustice sociale est le fondement du pouvoir tel qu'il se pratique contre les femmes, les immigrés, les ouvriers et tous les autres que l'on peut imaginer.

Je n'ai jamais perçu le féminisme comme une idéologie qui fait de moi un ennemi en tant que mâle.

Comme je n'ai pas perçu le combat pour l'émancipation des Afro-Américains comme une lutte menée contre les Blancs.

Toutes ces luttes sont les racines du grand arbre de l'égalité des droits civiques.

Elles contribuent au mieux-vivre ensemble.

***

Évidemment, il se trouvera des tas de braillards pour prétendre le contraire.

Ils partiront d'événements particuliers désagréables pour en tirer des généralités abusives.

Une femme a utilisé ses droits pour mettre son mari sur la paille? C'est donc toutes les femmes qui sont coupables, et surtout les féministes. L'erreur judiciaire n'est même pas envisageable. Toutes les femmes devraient retourner dans leurs foyers et tous les descendants des esclaves seraient mieux de cueillir le coton bénévolement dans les plantations du Sud...

On connaît la chanson.

On cherche la petite bête noire pour invalider le féminisme, la lutte contre le racisme, l'antifascisme, les droits des LGBT, le séparatisme, le socialisme, etc.

Au fond, chez ces braillards on ne veut pas que ça change.

On croit à tort qu'il faudrait revenir au temps de Papa a raison.

On entretient la nostalgie des gros chars, des gros bras et du pétage de gueule en sang.

Pendant ce temps, 70% des futurs médecins sont des femmes.

Parce qu'on valorise la lecture, l'éducation et la finesse d'esprit chez les femmes.

Le féminisme, comme la lutte contre le racisme, sont des occasions à saisir pour nous rendre meilleurs, tous et toutes autant que nous sommes.

Les braillards peuvent bien continuer à gémir sans moi.

Bonne fête internationale des femmes!