mardi 3 mars 2015

Patiner sur la bottine en français


Les futurs profs en arrachent en français. À peine 50% d'entre eux réussissent leur examen de français à l'université. 

Pendant ce temps, des génies de la langue française sont condamnés à de petits boulots... J'ai connu des tas d'universitaires diplômés qui auraient pu enseigner le français, la littérature ou l'histoire avec passion. 

Sans certificat de pédagogie, ils sont devenus serveurs dans des restaurants, préposés au stationnement ou simplement assistés sociaux. 

Les jobs d'enseignants ne sont pas acquises aux plus méritants, mais à ceux qui obéissent à la primauté de l'inculture et du narcissisme pédagogique. 

Dans le domaine des lettres et des sciences humaines, l'université se débarrasse rapidement des meilleurs pour ne promouvoir que les étudiants les plus médiocres. "Y'a pas d'place nulle part pour tous les Ovide Plouffe du monde entier", disait-il.

Oui, le Québec craint ses intellectuels et favorise l'ascension sociale des cuistres. Par contre, pas question de patiner sur la bottine au hockey universitaire: il y a des limites au fait d'être poche et incompétent!