vendredi 27 mars 2015

Mononcle Tom, Matante Jemima et le budget libéral

Le budget libéral a été déposé hier à l'Assemblée Nationale du Québec.

Je ne tiens pas à l'analyser. Le Conseil du patronat du Québec (CPQ) le soutient. J'en conclus que ce sera un autre budget qui favorisera les bandits à cravates. Comme d'habitude. Réjouissez-vous, bourgeois et esclavagistes modernes!

Il y avait des manifestants devant l'Assemblée Nationale, hier, suite au dépôt du budget.

Des tas de policiers de la Sûreté du Québec(SQ) encerclaient les manifestants. Ils étaient dotés de tout un arsenal au cas où les bandits à cravates leur donneraient l'ordre de faire verser le sang du peuple dans la rue. Il y avait aussi des chiens, des vrais chiens avec des crocs. Des bergers allemands. De pauvres chiens auxquels on a enseigné quelques méthodes fascistes de contrôle de foule.

Après la manifestation, chiens et policiers ont reçu leur gâterie pour avoir réprimé une fois de plus des jeunes qui apprennent à la dure les joies et les douleurs de la démocrasserie. Des augmentations de salaire pour les flics de la SQ et un bel os de jambon pour les chiens.

Il se trouvera des tas de larbins dans les médias traditionnels pour justifier les matraques, les chiens ou les mitrailleuses. Les méthodes de Pinochet sont à la mode chez une certaine classe de jambons qui n'ont jamais porté une pancarte de leur vie, ni signé une pétition, ni contesté l'autorité sous quelque forme que ce soit.

Ils ont toujours une belle pensée pour les régimes autoritaires où l'on réprime dans le sang les manifestations contre la dictature.

Ces petits caniches obéissants se dispensent de la honte d'obéir servilement en jouissant du malheur des insoumis. Ils aiment ce monde pollué, polluant et politiquement centré sur les intérêts des mafieux. Ils traitent les écologistes d'enverdeurs et prennent les manifestants pour de petites merdes auxquelles il faut donner la bastonnade.

Pendant les manifestations pour les droits civiques des Noirs aux États-Unis, les protestataires traitaient d'Oncle Tom les Noirs qui ne voulaient pas s'y joindre. Oncle Tom est le personnage principal du roman Uncle Tom's Cabin Harriet Beecher Stowe. C'est un serviteur dévoué, fidèle à son maître et à sa maîtresse blancs.

Combien y'a-t-il de Mononcle Tom et de Matante Jemima au Québec?

Combien de serviteurs dévoués, fidèles à leurs maîtres, pour se satisfaire de leur esclavage, du déni de leurs droits civiques, de leur statut d'objets dans un pays qui ne leur appartient pas?

Je pourrais poursuivre ad nauseam,

Doit-on se soucier de l'opinion de Mononcle Tom et de Matante Jemima si l'on est un esclave qui rêve de s'affranchir? Pas du tout.

L'essentiel est de poursuivre le combat pour l'émancipation.

L'essentiel c'est de reprendre la rue, malgré les larbins, les policiers, les chiens et les bandits à cravates.