jeudi 16 juin 2011

À propos des tarlais au volant de Trois-Rivières

À Toronto, voire à Saint-Hyacinthe pour rester au Québec, il est normal d'arrêter son véhicule devant un piéton pour lui permettre de passer.

Mais pas à Trois-Rivières. Ni à Montréal. Ni même à Québec.

Parlons seulement de Trois-Rivières, une ville de tarlais au volant. Une ville de sans-dessein au point de vue de la conduite automobile qu'il vaut mieux éviter dans tous les cas.

Il est anormal à Trois-Rivières de céder le passage à un piéton. Il est tout naturel de faire semblant qu'il n'existe pas et de passer son chemin comme le dernier des caves ou la dernière des fientes.

Le code de la route? Personne n'est là pour l'appliquer en permanence. Les policiers ne peuvent pas tout voir et ne possèdent pas le don d'ubiquité. Ce qui permet aux chauffeurs d'être presque libres de faire tout ce qui leur plaît. On se garde une petite gêne pour éviter le meurtre d'un piéton, autant que faire se peut, mais on ne se gênera pas pour en déchausser quelques-uns au passage. En riant comme des gros ostis de mangeux de beignes. En insultant les blessés au passage. En commettant des délits de fuite. Whatever.

Le pire, c'est qu'on permet maintenant aux tarlais au volant de tourner à droite sur un feu rouge. C'est bon pour un Torontois ou bien un Mascoutain, mais pas pour un Trifluvien, ni pour un Montréalais. Le virage à droite au feu rouge est devenu un génocide pour le piéton. Il est clair que le piéton n'a jamais priorité, et ce en toutes circonstances. La route -que dis-je!- la ville appartient aux tarlais au volant. Qui sommes-nous donc pour oser marcher sur nos deux pattes parmi tous ces fous dangereux qui se croient au Grand Prix de Trois-Rivières trois cent soixante-cinq jours par année, hein?  Rien du tout. Moins qu'un pigeon ou bien un original, qui peuvent encore émouvoir un chauffard au point de le faire s'arrêter trois secondes.

Nous avons toute la technologie pour mettre fin à l'anarchie dans nos rues.

C'est clair que les campagnes de sensibilisation sont une insulte à l'intelligence.

Il faut appliquer les lois et se donner le moyen de le faire.

Si l'on peut mettre une boîte noire dans un avion pour tout enregistrer, il devrait bien y avoir moyen de mettre quelque chose qui lui ressemble dans chaque véhicule, reliée à un super-ordinateur qui pourrait détecter les infractions et envoyer Robocop pour retirer de la route les tarlais du volant.

Rouler n'est pas un droit, mais un privilège.

La vie est d'abord faite pour les créatures, pas pour les machines.

Retirons tout de suite le virage à droite sur feu rouge.

Rappelons aux tarlais du volant leur vraie nature de tarlais.

Protégeons la vie. Insultons la culture de l'automobile et celle de la mort.