mercredi 29 juin 2011

Propos décousus sur les gerris, les libellules et la monarchie britannique pleine de marde

Il m'est permis de tenir des propos décousus en cette période creuse de l'année du point de vue de la littérature.

Aussi, je ne vais pas me gêner.

Gerris et libellules

Je vais d'abord vous raconter mon étonnement devant l'hécatombe de gerris survenue hier à l'étang artificiel du Parc Pie-XII, à Trois-Rivières. Comme je longeais le petit sentier de garnottes entourant l'étang, j'ai vu ces insectes patineurs se faire happer l'un après l'autre par des tas de libellules qui manifestement allaient s'en régaler tout à leurs aises un peu plus loin. C'était un ballet pour le moins particulier. Les gerris qui patinaient gracieusement sur l'étang et les libellules qui volaient comme des hélicoptères au-dessus d'eux. C'était une autre version d'Apocalypse Now pour les gerris.

Visite royale

Le prince William et sa blonde Kate Whoever vont venir nous visiter prochainement. Je vous avouerai franchement que j'étais l'un des organisateurs de la manifestation contre la visite de la reine Elisabeth Windsor à Québec, en 1987. Elle n'est pas revenue au Québec depuis.

Je n'ai rien contre ces personnes qui sont elles-mêmes prisonnières de la monarchie. Elisabeth, Charles et Bill n'ont pas demandé de devenir monarques. Cela dit, je ne comprends pas ce qu'ils viendraient foutre ici, tant au Canada qu'au Québec.

Le monde a changé. Ces institutions anachroniques sont bonnes pour des historiens. Pour le peuple, c'est rien que de la marde pour nous faire oublier que tous les hommes devraient naître libres et égaux.

Aussi, je me permettrai de répéter ce que je disais déjà en 1987: fuck la monarchie et vive la république!

Que cette république soit canadienne ou québécoise est une question de sémantique.

Je doute que les Canadiens, tels que je les connais, s'intéressent tant que ça à la monarchie britannique. Ils seraient prêts à se débarrasser de la couronne. Du moins je le pense. La grande majorité des Canadiens et des Québécois n'en ont rien à branler.

Si Bill et Kate veulent visiter le Québec en touristes, qu'ils le fassent avec leur propre argent, honnêtement gagné, et non pas en parasites de luxe qui sucent l'argent de nos taxes et nos impôts pour se faire sécher les dents.

That's it. That's all.