mercredi 8 juin 2011

Hippie pitre yeah! (À propos de la revue Mainmise)

Quand je contemple l'histoire du vingtième siècle je me dis qu'il ne s'est rien fait de mieux que la mouvance hippie. On l'a crue maoïste ou trotskyste alors qu'elle était essentiellement j'm'en christ...

Cela n'appartenait à personne. C'était une mouvance, plus qu'un mouvement, pas nécessairement une mode non plus, même si le vêtement était exubérant.

Je suis accroché à ces temps-là. Je trouve du sens là où d'autres n'y verraient que de la confusion. Une vision un peu plus entière de la vie, plus poétique en tout cas, plus écologique avant la lettre...

Il y a quelque chose de libertaire dans la mouvance hippie, quelque chose qui rejoint toutes les générations et tous les âges. Un refus des traditions et des dogmes. Un refus bien plus large qu'on ne le croyait. Bien peu étaient maoïstes. La plupart des hippies étaient tout simplement en rupture avec le mensonge.

On trouve de tout sur le ouèbe. Et j'ai trouvé toute la série numérisée de la revue Mainmise, la meilleure revue de son temps, que l'on disait contre-culturelle peut-être exagérément. Il y a de la culture dans Mainmise. Toutes sortes de culture et d'agriculture...

Mainmise publiait une version en joual du bédéiste Robert Crumb. Juste pour ça, ça vaut le coup d'oeil.

Pour la collection complète de Mainmise, c'est ici. Il faut vous rendre jusqu'à la fin de la page d'accueil pour télécharger les exemplaires.

Voilà.

***

PS: Complément d'information sur la revue Mainmise directement des archives de Radio-Canada.