vendredi 5 novembre 2010

À propos du «dérèglement municipal»

Je me suis senti plutôt révolté suite au reportage Dérèglement municipal, de l'équipe d'Enquête, diffusé hier sur les ondes de la SRC.
   La démocratie municipale est à l'agonie dans plusieurs villes du Québec et même du Canada.
   Le reportage de l'équipe d'Enquête démontre bien qu'il est possible de trahir l'esprit de nos lois et de nos saines pratiques de gouvernance en toute impunité.
   Le citoyen n'est rien. Le Directeur général des élections est sans pouvoir. On dirait un sexologue. Il vous conseille mais ne peut rien mettre en pratique. Les tribunaux sont inaccessibles. Le Ministère des affaires municipales se moque de vous en vous envoyant une lettre de fonctionnaire qui vous prie de recevoir ses salutations distinguées après vous avoir dit, en termes polis, que vous pouvez aller voir ailleurs. Et le citoyen se sent comme une coquille de noix flottant au large...
   Je pourrais vous raconter des tas d'anecdotes à ce sujet. Je vous renverrai plutôt vers ce reportage d'Enquête qui résume mieux que moi le déficit démocratique de nos gouvernements municipaux.
   Dans plusieurs villes du Québec, n'importe quel casque de bain peut se faire élire et régner comme un roitelet avide de petits avantages qui lui permettent d'arrondir ses fins de mois aux dépens des contribuables.
  J'espère de la Constitution qu'elle nous protège de ces tribuns et peddlers de bas étage qui font honte à nos foyers et à nos droits.
   Aussi, je crois qu'il serait judicieux d'enchâsser dans nos lois un processus clair de destitution pour les élus qui ne respectent pas la démocratie.
   Autrement, on va finir par faire élire des chemises brunes qui s'incrusteront au pouvoir pendant mille ans, en remettant à jour les bonnes vieilles méthodes de Duplessis. Les morts iront voter... Et tout le monde se taira, pour mettre fin à la chicane...


***

Le temps des fleurs se poursuit. À Trois-Rivières. À Laval. À Mascouche. À Lachute. Partout.

5 commentaires:

  1. Dans le fond, ce n'est guère surprenant. Trois-Rivières n'était-elle pas le fief et le comté de Maurice Duplessis ? Difficile de se départir des habitudes !!!

    RépondreSupprimer
  2. Salut, je crois t'avoir reconnu avec un porte-voix, ride on boy!
    On en reparle un moment, suis en retard.

    RépondreSupprimer
  3. Le segment où j'apparais avec un porte-voix est rendu sur You Tube...

    http://www.youtube.com/watch?v=PsWE-iVHjY0

    RépondreSupprimer
  4. Et Laval,osti.
    Le monarque Vaillancourt
    y règne depuis plus de 20 ans.
    Vieille bique incrustée.
    Sans opposition.
    Tout le monde s'en branle
    de la politique municipale,
    ya qu'à regarder le taux
    de participation au vote
    pour ces élections.

    Faque ils font ce qu'ils
    veulent en commençant
    par sortir leur belle langue
    brune une fois aux 4 ans,
    pour ensuite se remplir les poches
    avec plus ou moins de succès
    et de discrétion.

    Le reportage d'Enquêtes
    ne fait que pointer du doigt
    les cas les plus évidents de
    pourriture généralisée
    caractérisant la politique
    municipale québécoise en général.
    Je serais curieux de voir
    le niveau de corruption municipal
    dans notre monde dit développé.

    Allons plus "haut" pour rigoler.

    Le ministre canadien de l'environnement sous Harper,
    chose là euuh...
    J'oublie son nom tant il fut un leader progressiste
    environnemental...
    Ah ouais je l'ai là,ça m'revient!
    Jim Prentice!
    Je l'ai confondu avec le ténébreux mais non moins charismatique
    leader national du mouvement proctologue pour l'avancement du rectum et ses maladies
    dont je tairai le nom pour ne pas faire ombrage à ce leader
    qu'est Jim P.,très honorable
    ministre canadien de l'environnement.

    Un vrai leader.
    Sa démission prenant effet
    hier il demeurera député
    aux frais des contribuables
    jusqu'en janvier 2011,date à laquelle il deviendra vice-président canadien
    de la banque CIBC.

    Ce qu'il lègue aux canadiens
    comme ministre de l'environnement?
    Rien sauf du vent,nauséabond.
    Qu'il est bon de respirer
    l'odeur de la démocratie canadienne sous Stephen Harper.

    RépondreSupprimer