vendredi 26 novembre 2010

La trompette de Jérémie

Jérémie résistait souvent à l'envie de commenter la politique. Ça lui démangeait d'en parler, presque tout le temps. Pourtant, il n'en parlait jamais. Il s'était si souvent trompé sur ses partis pris qu'il avait pris le parti de ne plus en parler.

Évidemment, il n'avait pas tout faux, Jérémie, mais à quoi bon vous raconter ses vérités puisque Jérémie ne parlait jamais de ça.

C'était un grand escogriffe au cou très long, ce Jérémie. Il ressemblait à Plume Latraverse en tenue de cérémonie avec son complet, veston cravate toujours impeccable mais multicolore, voire clownesque, tout de bleu, jaune, rouge.

Jérôme se donnait un petit air de jazz. Il  jouait de la trompette dans les bars, le soir, et l'air de rien il finissait par bien gagner sa vie. Il n'était pas Miles Davis mais ce n'était pas d'un soliste qu'on voulait dans les bands qui bouclent bien leurs soirées. La plupart du temps on ne lui achetait que deux ou trois notes poussées sur deux ou trois accords. Les morceaux les plus difficiles, c'était pour jouer à la maison, avec les amis.

Jérémie préférait jouer de la trompette plutôt que de parler de politique.

Il jouait de la trompette au lieu de se tromper.