mercredi 29 janvier 2014

Un trip de Princesse, franchement, ça ne mène nulle part

Elle vivait depuis toujours dans sa cage de princesse.

On l'avait baptisée Princesse très jeune. Même qu'elle s'appelait vraiment Princesse. Princesse Landru. C'est un prénom tout aussi étrange que son patronyme. Un prénom qui allait la prédestiner à un rôle tout à fait superficiel au sein de la grande communauté des singes plus ou moins bipèdes et déplumés.

Dès son plus jeune âge elle se faisait appeler Princesse par-ci et Princesse par-là.

-Oh! ma belle Princesse! Quelle belle Princesse! Oua Princesse! qu'on lui disait innocemment chez les Landru autant que chez les Péloquin, du côté de sa mère.

On l'habillait en Princesse. On la dorlotait comme une Princesse. Et on la servait en Princesse, bien entendu.

On se soumettait à tous ses caprices.

Elle n'avait qu'à sangloter à propos de tout et de rien pour obtenir satisfaction.

Évidemment, la petite Princesse a fini par devenir cette grosse Princesse qui passe des heures devant son miroir pour ressembler un tant soit peu à Ken ou Barbie.

Tout passe par la matière dans la vie de Princesse. Tout n'est qu'extérieur et artifices.

Elle vit pour paraître une Princesse, bien qu'elle ne soit qu'une Landru du Rang de la Basse-Fosse de Sainte-Blandine-des-Hautes-Neiges-de-la-Madone.

Elle aime surtout le cash.

Le cash qui lui permet de se payer des opérations de chirurgie esthétique, des voyages au Club Merde ou bien de quoi se donner l'impression qu'il y a une vie du mauvais côté du miroir.

Plus personne n'obéit vraiment aux désirs de Princesse en ce moment sinon la bande de crétins habituels qui traînent dans son lit. Elle n'a plus de conjoint. Elle trouvait que Ken Larousse était trop ennuyant. Il lui pardonnait tout, même ses mille et un amants. Elle tente en ce moment de mettre la mainmise sur le plus naïf d'entre eux pour lui siphonner son cash, comme tous les autres avant lui.

Ken Larousse était pourtant un peu comme elle devant le miroir. Il pouvait passer des heures à placer et déplacer ses cheveux. Et il passait aussi son temps à demander à Princesse s'il était assez cute pour sortir dehors et faire honneur à sa princesse. Il trippait cash, comme Princesse. Et il parlait de cash, de fric et de beaux bidous brillants comme de l'or.

Des gens comme Princesse Landru et Ken Larousse, il y en a des tas.

Ils s'intéressent entre eux à leur condition de bêtes dans un troupeau de têtes de linottes.

La beauté intérieure, ce n'est pas leur fort.

Ils sont généralement laids de ce côté-là.

N'importe quel malpropre les dépasse largement sur ce seul aspect de leur personnalité fade et tiède comme de l'eau croupie.

Chacun son trip.

Mais un trip de Princesse, franchement, ça ne mène nulle part.





2 commentaires:

  1. Ca y est, ma retraite est déjà finie !
    Comment faire autrement quand le bateau coule , m^me si on n ' en est pas sûrs - ?
    Juste envie de se retrousser les manches et faire ququechose - m^me un ptit peu -
    Bon , gardons un ptit pied dans les rêves qui sont nos désirs : un livre à vous conseiller , si vous pouvez le trouver dans votre beau pays Algonquin - ou par le web - ici en france il a été re-publié chez GRASSET - ce livre s ' appelle " Archaos , ou le jardin étincellant ", de Christiane Rochefort - ( vers Mai 68 ) -

    RépondreSupprimer
  2. Toutes ces princesses , tous ces ducs , tous ces président(e)s dess soit-disant républiques qui ne le sont pas , BEEEEUUUUUURRKKKKKK , !!!
    Notre ami et frère pour toujours Cavanna est mort aujourd'hui - Nous te souhaitons un merveilleux et long voyage sur les terrains de chasse des grands esprits ! Saravah !
    Heureusement ,nous gardons notre merveilleuse petite princesse Onagre , Saravah ! , au pays d ' Archaos , le jardin étincelant , qui aime tant tous les personnages que tu présentes Gaetan ( Saravah ! ) -
    ( trouverez vous l ' histoire de cette délicieuse et folle princesse , là-bas dans votre beau pays Algonquin ? )

    RépondreSupprimer