jeudi 26 janvier 2017

Notre belle maison de fous où la solidarité est sociale...


Avez-vous déjà douté que l'amour soit aimable?

Sans doute pas. À moins que vous ne soyez l'un de ces infâmes ronds-de-cuir qui croient que la solidarité est sociale...

Il y a même un ministère pour nous rappeler que la solidarité n'est pas individuelle. Je me demande quel génie a bien pu trouver ça: la solidarité est sociale... Le même qui finirait par nous affirmer que l'amour est aimable.

Cela fait pourtant quelques années que la solidarité est sociale. Je me suis plains à quelques reprises de cette appellation auprès des autorités. Il n'est pas nécessaire de vous dire qu'on ne m'a jamais répondu. J'imagine que je devais bouleverser tout l'appareil bureaucratique avec ma traque aux pléonasmes. Ils ont dû se dire avec raison que j'étais le roi des emmerdeurs.

J'aurais beau remuer vents et marées que la solidarité demeurera sociale au Québec.

Il faudra bien que je m'y fasse.

Honte à moi de douter du bon sens de ces ministres, sous-ministres, députés et fonctionnaires.

On ne tiendra tout de même pas une réunion de dix heures pour remettre en question cette appellation avec toutes les modifications à n'en plus finir que cela pourrait entraîner. Si la solidarité n'était plus sociale, il faudrait changer les en-têtes des lettres officielles du ministère, imprimer de nouvelles cartes d'affaires et produire de nouveaux dépliants. Sans compter que tout le personnel devrait être avisé pour ce changement d'appellation. Le syndicat des fonctionnaires s'en mêlerait. On exigerait des rencontres supplémentaires, une table de concertation, une formation rémunérée pour tous les employés afin de les familiariser avec la solidarité tout court...

Ce serait bientôt le chaos.

Les assistés sociaux ne recevraient plus leurs prestations en temps voulu.

Et bientôt le Québec tout entier m'en voudrait d'avoir fait dérailler tout l'appareil gouvernemental au nom d'une subtilité linguistique dont tout le monde se moque.

***

Le roman 1984 de George Orwell est un succès de librairie depuis 1948. D'une année à l'autre, on multiplie les réimpressions et les traductions. Devrait-on s'en réjouir? Je me le demande...

Bien sûr que c'est un bon roman. Bien sûr qu'il tape sur les bons clous. Néanmoins, cela témoigne que notre monde se porte mal.

1984 est une caricature de la société dans laquelle nous régressons.

L'Angsoc, le Parti unique dirigé par Big Brother, a mis en place un système hautement bureaucratisé fondé sur la perversion du langage. On s'y attaque aux mots afin qu'ils ne veuillent plus rien dire. Ainsi, plus personne ne pourra formuler quoi que ce soit d'intelligent contre l'État bienveillant.

La guerre, c'est la paix. La liberté, c'est l'esclavage. L'ignorance, c'est la force. 

On peut lire ça sur tous les murs de ce monde dystopique.

Des tas d'affiches rappellent aux citoyens ce qu'ils doivent penser et faire.

Puis il y a la novlangue, dont le but avoué est de rétrécir le langage et de multiplier les acronymes afin de réduire à néant toute tentative de formuler quoi que ce soit de compréhensible qui pourrait se retourner contre l'État.

***

Nous sommes bien en 2017. 1984 est loin derrière nous mais ça ne s'est pas arrangé pour autant.

Les sourds sont devenus des mal-entendants.

Les aveugles sont des mal-voyants.

Les pauvres sont des moins-nantis.

Et ainsi de suite.

Il en va de même pour les hôpitaux. On dit encore l'Université Laval. Selon nos nouvelles coutumes, il serait plus à la mode de dire le Centre universitaire d'éducation et de formation professionnelle Laval... Pourquoi employer le mot université tout seul, hein? Ne dit-on pas le Centre hospitalier affilié universitaire régional de soins et de services sociaux de Trois-Rivières - Pavillon Sainte-Marie? Bref, quelque chose comme le CHAURSSSTRPSM?

L'Hôpital de Trois-Rivières était une formule trop peu bureaucratique. Dix milles fonctionnaires auraient immédiatement perdu leur emploi.

***

Une visite au Centre local des services sociaux. En novembre, la réceptionniste, aussi appelée préposée à l'accueil et à la prise de données de catégorie 3 selon l'échelle salariale en vigueur, pouvait effectuer la prise de rendez-vous sur l'ordinateur située devant elle. J'y suis retourné récemment pour un petit pépin. Il y avait désormais un bureau aménagé exclusivement pour la prise de rendez-vous. Le bénéficiaire, autrefois appelé le patient, doit se déplacer dans un bureau adjacent au poste d'accueil. La préposée à l'accueil et la prise de données de catégorie 3 doit maintenant se déplacer vers ce bureau chaque fois qu'il faut prendre un rendez-vous... J'avoue n'y rien comprendre. Et je vous confesse ma lâcheté: je n'ai même pas trouvé la force de rechigner et de me montrer désagréable.

***

Tout l'appareil gouvernemental est conçu sous ce même modèle. On y coupe les cheveux en quatre. On y encule des mouches. Et on ne se questionne pas sur la valeur des ordres stupides venus d'en-haut. On vous demande de remplir le formulaire AJ-2341-alinéa b afin d'obtenir le formulaire QW-57-astérisque 34 qui vous permettra de boire de l'H2O à l'état liquide dans un contenant. On appelle ça boire un verre d'eau en langage non-scientifique...

Vous croyez que j'exagère? Je suis même en-dessous de la réalité. C'est pire que ce que je peux écrire. Il ne me reste qu'un cri coincé dans la gorge, comme lorsqu'on essaie de sortir d'un cauchemar.

Le Cri, Edvard Munch, 1893


Nous sommes dans la maison des fous d'Astérix. Tout le monde autour de moi comprend facilement cette allusion. Et tout le monde me répète du même souffle qu'est-cé tu veux qu'on faize?

C'est comme ça.

À Rome, on fait comme les Romains.

Dans la maison des fous, on fait comme les fous.

Toute révolte est caduque.

Il faut accepter cette condition.

***

Je vous laisse sur cette citation de Lewis Carrol tirée du conte De l'autre côté du miroir. Alice discute avec Humpty Dumpty de la signification des mots. Lisez bien ce que la tête d'oeuf en conclut.

-Humpty Dumpty : "C'est de la gloire pour toi !"
-"Je ne comprends pas ce que tu veux dire par gloire", répondit Alice
Humpty Dumpty sourit d'un air dédaigneux,
-"Naturellement que tu ne le sais pas tant que je ne te le dis pas. Je voulais dire : c'est un argument décisif pour toi !"-"Mais gloire ne signifie pas argument décisif", objecta Alice.
-"Lorsque j'utilise un mot", déclara Humpty Dumpty avec gravité, " il signifie exactement ce que j'ai décidé qu'il signifierait - ni plus ni moins ".
-"Mais le problème" dit Alice, "c'est de savoir si tu peux faire en sorte que les mots signifient des choses différentes".
-"Le problème", dit Humpty Dumpty, "est de savoir qui commande, c'est tout " !



Humpty Dumpty, John Tenniel, 1871