mardi 29 mars 2016

Qui joue à l'ange fait souvent la bête

Je radote avec l'âge et il est probable que je vous aie déjà raconté sous une autre forme ce que je vais vous écrire.

Il m'arrive souvent de rédiger mes billets dans ma tête avant que de les reproduire ici sur mon blogue.

Un flot d'impressions désordonnées submergeait ma pensée au cours de ma promenade matutinale. Je ne sais vraiment pas comment je vais m'y prendre pour que ça ne ressemble pas à une vision stratégique incompatible avec ma vision intérieure.

Le mieux est encore d'y aller à la bonne franquette, sans flaflas, avec les pitoyables moyens du bord.

***

Commençons par une fable d'Ésope. Ésope que ce paresseux de Jean De La Fontaine a pillé maintes fois. Tout ça dans le but de rendre dans sa langue franque des vers inoubliables pour à peu près tous les écoliers qui ont dû le subir au fil des siècles.

Une des fables d'Ésope m'a toujours touché plus que les autres puisque j'y ressens une sagesse immémoriale qui peut nous permettre de comprendre nos propres erreurs, même de nos jours.

"Les grenouilles, fâchées de l’anarchie où elles vivaient, envoyèrent des députés à Zeus, pour le prier de leur donner un roi."  Ça commence comme ça. Puis Zeus leur envoie un bout de bois pour les gouverner... Le bout de bois ne fait rien, ne dit rien et les grenouilles lui embarquent même sur le dos sans que jamais il ne réagisse.

Écoeurées par ce bout de bois nonchalant, les grenouilles se tournèrent à nouveau vers Zeus pour leur envoyer un monarque plus actif. Mal leur en prit! Zeus leur envoya une hydre qui les dévora toutes.

La morale de l'histoire? Elle est difficile à prendre pour les grenouilles qui souhaitaient être mieux gouvernées. Peut-être que l'anarchie ou bien le bout de bois qui flotte sur l'eau sont-ils préférables aux hydres qui vous enlèvent la vie pour faire régner l'ordre dans l'étang.

***

Les élections présidentielles françaises de 2002 opposèrent Jacques Chirac à Jean-Marie Le Pen. Chirac était réputé pour être un voleur. Le Pen, plutôt honnête homme, avait surtout la réputation d'être un fervent fasciste et ancien tortionnaire de la guerre d'Algérie. Les Français eurent le choix entre un voleur libéral et un honnête fasciste. Les grenouilles choisirent avec raison le voleur...

***

Je ne doute pas de l'honnêteté des islamistes. Je suis convaincu qu'ils sont honnêtes et scrupuleux sur le retour de la monnaie. Par contre, ils pratiquent tout aussi ardemment le génocide. Ce qui les disqualifie pour le pouvoir, tout comme l'hydre de la fable d'Ésope.

Charles Baudelaire, dans ses Fusées, écrivait substantiellement que le mal qui se connaît est plus près de la guérison que le mal qui s'ignore.

On a raison de se méfier des incorruptibles.

Robespierre, qui prêchait pour la vertu, aura envoyé des milliers d'innocents à la guillotine.

Le marquis de Sade, qui prêchait pour le vice, fit circuler une pétition pour l'abolition de la peine de mort au cours de la même période.

Comme le disait Pascal, qui joue à l'ange fait souvent la bête...

Cela me tient lieu de leçon. Faites-en ce que vous voulez.

Et réjouissons-nous d'être gouvernés par des bouts de bois si tel est le cas.

Ou bien de vivre dans l'anarchie. C'est fâchant, l'anarchie, mais c'est encore mieux que de mourir.

Encore mieux que de faire comme cet imbécile dans La colonie pénitentiaire de Kafka qui a inventé une si belle machine à tuer les criminels qu'il se tue lui-même pour en faire la démonstration.

2 commentaires:

monde indien a dit...

Les vraies bêtes sont de vrais anges - et vice et versa , les faux anges sont de fausses bêtes - et encore vice et versa les vrais anges sont de vraies bêtes , et les fausses bêtes sont des faux anges -

Gaétan Bouchard a dit...

@monde indien: Heu... Ouais...