jeudi 10 décembre 2015

Mario Dumont et les lois immuables de l'injustice économique

Je ne devrais jamais regarder les bulletins de nouvelles. Et encore moins ceux de TVA, propriété de Québecor, elle-même propriété de vous-savez-qui...

En fait, ce ne sont pas les bulletins de nouvelles qui m'horripilent mais les commentateurs attitrés pour nous faire savoir quoi et comment penser.

On ne peut pas dire de Mario Dumont que son jupon dépasse: il ne porte qu'un jupon...

Ses commentaires sont toujours orientés idéologiquement du même côté de la barrière.

Il ne commente pas: il prêche.

Et ses prêches sont toujours tout aussi lamentables que son manque flagrant de subtilité.

Hier, il laissait entendre que les grèves consistent à prendre la population en otage et qu'elles n'ont plus leur place de nos jours... Pardon? Ai-je bien entendu???

On aurait cru entendre un de ces immondes crétins du XIXe siècle prêt à battre la canaille avec sa canne à pommeau d'or...

Une grève qui ne dérange personne ce n'est pas une grève. C'est une prière. Et encore moins que cela. Cela ne vaut pas la peine d'en parler. On ne prendrait pas la peine de changer quoi que ce soit avec l'Oncle Tom. Les esclaves déchaînés, on le sait bien, s'attire toujours la foudre des maîtres, qui tiennent leur pouvoir de Dieu, comme tout le monde devrait le savoir...

Ce ne sont pas avec des prières qu'on a retiré les enfants des mines.

Ce ne sont pas avec des prêches que l'esclavage et la ségrégation raciale ont été abolis aux États-Unis.

Ce ne sont pas avec des voeux pieux que les travailleurs ont hérité de la semaine de quarante heures, de l'assurance-chômage et des prestations pour les accidents de travail.

Tous les droits des travailleurs ont été gagné de haute lutte, au risque de se faire fendre le crâne en deux par des flics au service des capitalistes.

Il en était ainsi et il en sera toujours ainsi. Ce ne sont pas les Mario Dumont qui changent quoi que ce soit à l'iniquité des rapports sociaux.

Mario Dumont peut bien continuer à tenir ses commentaires de larbin lèche-bottes. Il peut continuer à dénigrer les travailleurs et leurs moyens de pression pour promouvoir leurs droits tout aussi bien que ceux de la communauté.

Nous sommes à une époque où nous pouvons défier les lois de la gravité et envoyer des engins dans l'espace.

Et voilà qu'il y a des zoufs qui s'évertuent encore à nous faire croire que les lois de l'économie sont encore plus immuables que celles de la gravité...

Au moins, avec la gravité, on touche à du concret. Ça se calcule.

Pour ce qui est de l'économie, elle sera toujours l'état actuel des préjugés sur la manière d'organiser nos rapports sociaux. Rien de plus. L'économie n'est pas immuable. L'économie n'est pas coulée dans le béton jusqu'à la fin des temps. L'économie n'est rien d'autre que la perpétuation des injustices et des hiérarchies sociales artificielles. Elle est un dogme aussi ridicule que ceux de l'église.

Continuez de braire, chroniqueurs stupides de TVA-Nouvelles, créateurs d'opinions du Journal de Monrial, vils valets de la finance qui vous lance ses rogatons pour vous nourrir de l'illusion que vous êtes quelque chose.

Votre monde s'écroule. Il aura bien quelques occasions de nous créer encore du tort. Pourtant, il finira par être balayé sans que personne ne s'ennuie de vous ainsi que de vos niaises analyses de démagogue bon marché.




2 commentaires:

Julius Nonna Frans a dit...

Mario Dumont: un autre de ces clounes.

http://juliusnonnafrans.blogspot.ca/

Gaétan Bouchard a dit...

@Julius Nonna Frans: Ah! qu'on les aime ces demi-portions intellectuelles!