mercredi 14 septembre 2011

Way to go Reynald!

Reynald s'est patenté une petite remorque qu'il traîne derrière son vieux vélo de fille qui grince. C'est un vélo de fille puisque son poteau de raccord aux guidons forme un angle de 45 degrés. À 180 degrés, c'est un vélo de gars. Vous aviez tous compris, n'est-ce pas?

Sa petite remorque est affreuse. C'est un assemblage de vieux bouts de tôle bosselée et de bois contreplaqué retenus par des clous plantés tout de travers, des vis à moitié vissées et même de la corde mal attachée.

L'essentiel c'est que cela tient tant bien que mal sur deux vieilles roues de vélo.

Avec son vieux vélo de fille et sa remorque déglinguée, Reynald est en business. Au lieu de recycler des vidanges à pieds avec son sac de hockey, ce qui le faisait passer pour un voleur, il peut enfin avoir l'air d'un monsieur.

Grâce à sa remorque, Reynald, ramasse du métal. Compte tenu du prix du métal, ça lui fait une plus grosse paye qu'à ramasser seulement des bouteilles. Il ramasse des vieux frigos, des vieux poêles, des vieilles laveuses. Tout seul, sans l'aide de personne. Et puis il entasse toute sa marchandise dans sa cour, au grand désespoir de ses voisins qui trouvent que le quartier a de plus en plus l'air d'un dépotoir à ciel ouvert.

Reynald ne se soucie pas trop de ses voisins. Et il continue à faire les vidanges, jour après jour, semaine après semaine, mois après mois, année après année.

Il est toujours aussi pauvre. Mais il s'est fait de bons mollets.

Reynald est un petit bonhomme tout tissé de nerfs gros comme du cordage à bateau.

Il cligne souvent des yeux et ne parle pas beaucoup.

Il allume toujours une cigarette avec son mégot. Ce qui fait qu'il a toujours une cigarette en bouche, hiver comme été, sur son vélo de fille, avec sa vieille remorque toute croche.

Je voudrais bien vous dire qu'il est devenu riche à force d'efforts et blablabla.

En fait Reynald s'est crissé dans la marde. On l'a dénoncé auprès des agents du BS. On, c'est probablement ses voisins.

-I' fait d'l'argent avec ses vieux poêles! Au prix que s'vend l'métal! Pis i' touche du BS le tabarnak! disait souvent madame Casgrain.

Reynald, en passant, est analphabète et un peu retardé en certaines matières comme les mathématiques et les formulaires à remplir.

Il continue de remplir sa cour avec toutes sortes de cochonneries. D'autant plus qu'on retient de l'argent sur son chèque de BS parce qu'on lui suppose des revenus de 20 000$ par année depuis trois ou quatre ans. Donc il doit une jolie somme au BS.

Reynald se promène encore à travers les rues et les ruelles avec son vieux vélo de fille et sa vieille remorque. C'est un peddler, bien sûr, et il ne sait rien faire d'autre. Ses voisins l'envient de mener une vie si agréable, à fouiller dans les vidanges tous les jours.

Et ce n'est pas tout. Demandez un frigidaire à Reynald et si vous êtes pauvre, vrai comme je suis là, eh bien il va vous le donner. C'est pas quarante piastres de moins qui vont le faire crever de faim, Reynald. Mais ça, c'est la partie de l'histoire dont se calissent bien ses voisins et son agent de BS.

Way to go Reynald. Moé j'ai pas de conseils à te donner. Way to go...