vendredi 23 septembre 2011

Larivée prêche des idées d'extrême-droite

Marc-Aurèle Larivée pue au nez de tous ses voisins. C'est le genre de type qui vous emmerde avec Dieu, le crime d'avortement, les taxes des communistes et le rétablissement de la peine de mort. Ses idées semblent toutes avoir germées d'une certaine frustration sexuelle, voire d'un quelconque spasme mal assumé.

Larivée, c'est un gars pogné dans ses culottes, entre vous et moi. Il a même le look de ses idées fixes: la lippe boudeuse, le regard sévère et un peu nul, les cheveux gras d'où s'échappent des tas de pellicules, le dos voûté, le tronc plus long que les jambes. Bref, il n'attire aucune sympathie dans le quartier, ne serait-ce que pour sa laideur identitaire.

-On n'fait plus de bébés! qu'il dit, le cave, lui qui n'a pas plus d'enfant que de femme. Notre race est menacée d'extinction caltor! Pis qu'est-ce qu'on fait nous autres, hein? On avorte à tour de bras! Enwèye! Au détriment des lois de Dieu!!! Ça prend une patrie pis des enfants pour faire une patrie!

La plupart de ses voisins ne l'écoutent pas vraiment. On le perçoit comme un genre de taré d'un autre temps qui ferait mieux de baiser ou bien de se laver au lieu de s'accrocher à des chimères, dont celles de tous nous plonger dans sa damnation.

Les idées de Larivée n'ont rien pour séduire. Leur émissaire n'est pas tout à fait présentable ni fréquentable, vous l'aurez sans doute compris.

-Le paradis de Larivée? Plutôt être en enfer que de m'faire chier à côté de cet hostie d'tarlais! qu'on se dit à peu près tous, sauf le gros Moreau.

-C'est un pauvre diable ce gars-là... Vous voyez bien qu'il est un peu détraqué, qu'il manque de cul ou bien de j'sais pas trop quoi...

-Qui qui voudrait d'ça? qu'on lui répète tous, à ce gros Moreau. Il ressemble à Séraphin en plus maigre!

-C'est un pauvre gars... Laissez faire ses idées... qu'il nous répond tout le temps, le gros Moreau.

Pour ce qui est de Larivée, ce n'est jamais fini. Au dépanneur, il peut discuter pendant des heures parce qu'il profite de la trop grande mansuétude du gros Moreau.

Moreau qui le laisse même évangéliser dans son dépanneur.

Moreau pense pourtant tout le contraire de Larivée. Mais qui fait vraiment attention à Larivée, avec ses cheveux gras et ses idées fascistes, hein? Personne.

-Le monde s'en va chez le démon! qu'il crie, ce cave de Larivée. Les communistes sont aux portes de la ville! Les bandits courent les rues et on devrait les assire sur la chaise électrique!

-Larivée, cibouère, décroche un peu, que lui répond le gros Moreau de temps en temps. Jésus a prêché la bonté, cibouère, y'a pas prêché d'prendre une hache pis d'la crisser dans 'a tête de son prochain!!!

-Viendront des temps d'infamie qui...

-Ah! Ta yeule Larivée! Bois ton Pepsi pis respire un peu par le nez...

C'est comme ça tous les jours, entre le gros Moreau et Larivée.

Le plus drôle c'est que le gros Moreau est le seul ami connu de Larivée, bien que le mot ami soit un peu fort.

N'empêche que le gros Moreau a pris l'habitude de l'inviter à dîner avec lui, au dépanneur. Il lui paye la pizza et lui offre des tas de cigarettes, parce que Larivée en arrache. Il ne travaille pas et n'a probablement jamais travaillé.

Tout ce qui le tient en vie, Larivée, ce sont ses maudites idées fixes.

Aussi, de temps à autres, à Noël ou bien à Pâques, le gros Moreau lui permet de livrer toute la fiente de ses idées fixes sans le contredire, comme s'il avait conscience qu'on devait lui porter respect de temps en temps, ne serait-ce que pour éviter qu'il ne se pende dans son garde-robe.

Le gros Moreau respecte la vie, voyez-vous. Il respecte les araignées, les chats de gouttière et même les tarlais comme Larivée, ce qui représente le plus gros test de compassion que le destin lui ait mis sous le nez.

Le gros Moreau fait aussi des crédits mensuels de trente piastres par mois à la plupart de ses clients. La plupart paye le premier du mois, la journée du chèque.