mardi 13 septembre 2011

Le lazy-boy de T.D.

Mon père s'endormait toujours dans son gros lazy-boy après avoir lu deux ou trois brins.

Popa était opérateur de chariot roulant dans une fabrique d'aluminium de Cap-de-la-Madeleine. Ses camarades l'appelaient Teddy, comme dans Teddy Bear, mais lui préférait dire que c'était T.D. comme dans Télesphore Damien Bouchard, le célèbre député Rouge de Saint-Hyacinthe, le gars qui se faisait expulser de l'Assemblée Nationale pour avoir traité le Cheuf Duplessis de menteur et de bandit. Un honorable anti-clérical qui défendait la liberté et le vote des femmes en un temps sombre de l'histoire du Québec.

-On a beau travaillé dans une shop qu'i' faut s'renseigner su' notre monde calvaire! qu'il me disait. T. D. Bouchard, ça mon gars c'était un homme!

-Ouin mais Popa... les gars t'appellent-tu Teddy comme dans Teddy Bear?

-Non... Non... C'est comme dans T. D. Bouchard, le député radical Rouge de Saint-Hyacinthe! C'était pas un hostie d'Bleu à marde qui plongeait la province dans 'a noirceur sacrament!

Il y avait toujours une pile de renseignements près du lazy-boy de mon père. Des renseignements qu'il ramenait de la bibliothèque municipale.

Parfois c'était une biographie de T.D. Bouchard. Ou bien une biographie de Louis Riel. Voire de Louis-Joseph Papineau. Cependant il pouvait tout aussi bien lire toute la collection de la revue Historia et là, ma foi, je me faisais un plaisir de les lui piquer, ses Historia et son lazy-boy. Peut-être qu'il maugréait un peu mais, bon, il était bon prince et laissait la jeunesse prendre ses aises, profitant d'une ruse pour me lever le cul du lazy-boy, comme de m'offrir un morceau de fromage ou bien une pelletée de dessert.

Puis Popa reprenait son lazy-boy et ses Historia. Et s'il n'était pas trop absorbé dans sa lecture, il me racontait tout ce qu'il avait retenu de ses lectures, un cours abrégé d'histoire raconté comme s'il s'agissait d'un film de Bud Spencer. Aussi nous avait-il fait retenir de la Bible les passages les plus piquants, comme la fois où Samson crissa une volée aux Philistins à coups de mâchoire d'âne ou bien la fois où David fit tomber Goliath avec son tire-roche.

Bien sûr, il me racontait aussi la fois où Louis Riel avait été pendu. Et il se disait de son bord contre ce chien de MacDonald et ces crosseurs de conservateurs qui l'avaient exécuté.

La sédition était inné chez mon père, peut-être de par son origine métisse. Louis Riel, c'était l'un des nôtres.

J'ai hérité de pas mal des traits de mon père, tant physique que psychique.

Au hasard de mes promenades, des inconnus m'arrêtent parfois pour me dire que je suis sûrement le fils de Teddy, le Teddy qui travaillait à la Reynold's.

Eh bien oui, je suis le fils de T.D.

J'ai tout hérité de lui, tout, même son lazy-boy.

Son lazy-boy dans lequel je m'endors après avoir lu Varlam Chalamov.

Sacré lazy-boy. Il a presque trente ans et il est toujours aussi confortable.