samedi 24 septembre 2011

La putasserie ordinaire de l'Art

Je reviens souvent sur cette citation de la grande poétesse américaine Emily Dickinson: «Publier c'est mettre aux enchères l'esprit humain».

Et c'est idoine pour toutes les formes d'art. C'est toujours mettre aux enchères l'esprit humain.

Que valent mes mots, mes sons, mes toiles? Honnêtement, elles me valent des aventures spirituelles à proprement parler extraordinaires. Tout ce qui vient ensuite, démarche artistique, promotion, vente, pour moi c'est de la fiente. Du caca pour nourrir le Système dont je ne suis qu'un quelconque prisonnier en quête d'évasion et de rédemption.

D'aussi loin que je me souvienne, l'art m'est apparu comme un bouclier entre moi et le monde.

Les associations d'artistes et autres groupes me sont insupportables. C'est comme si j'introduisais le Système dans mon art et que je cessais de rêver...

Dès qu'on parle d'argent ou de subventions, on ne voit pas le meilleur de l'homme ressortir.

Tout un chacun y va de sa parade pour recevoir son aumône. Untel vous chie une théorie sur l'art pour justifier sa bouette séchée. Tel autre vous cite des statistiques. Et c'est presqu'un miracle s'il reste encore des artistes au bout de toute cette folle cupidité.

Les associations d'écrivains et d'artistes sont des repaires d'animaux domestiques que ne fréquentent jamais les grands artistes.

Les grands artistes sont généralement d'indécrottables individualistes, sans doute plus près du chamane que du perroquet en termes de configuration d'esprit.

On y trouvera des auteurs de plaquettes et des peintres du dimanche dans ces associations à la noix. Des Bouvard et Pécuchet des temps modernes englués dans leurs vieilles pantoufles théoriques. Une culture générale tissée de lieux communs et de slogans. Ceux qui n'en sortent pas rebutés reçoivent ensuite la manne, quelques rogatons jetés par les bureaucrates dans la cour des chiens.

Les vrais artistes se cachent n'importe où, là où ne s'attend pas les rencontrer.

Le prix de leurs oeuvres, leur démarche artistique, leur cévé et tout le reste, c'est bon pour ceux dont les oeuvres ne veulent rien dire.

L'oeuvre parle d'elle-même quand on est vraiment un artiste.

L'oeuvre se passe d'explications.

Comme elle se passe d'argent, de subventions, de lichages de cul, de tout ce que vous voudrez.

Tout ce qui est en-dehors de l'oeuvre n'est souvent que de la putasserie trop ordinaire.