dimanche 23 juillet 2017

Quidams au Zoo de Saint-Barnabé

Elle avait les cheveux roux, la soixantaine dépassée, et portait un ensemble en acrylique rouge écarlate et démodé. On ne voyait pas ses yeux sous ses verres fumés qui lui prenaient la moitié de la figure. Elle était petite, un peu rabougrie, et tremblotait avec sa cigarette en main.

-Je fume. Tantôt, on pourra pas dans l'train.

Celui qui semblait être son époux ne lui répondit pas. Il demeura à ses côtés, à moitié chauve, teint en noir, stoïque et emballé dans un survêtement de sport au cas où le vent serait frais. Ce n'était pourtant pas le cas. Il faisait chaud et humide. Et l'époux suait déjà à grosses gouttes comme s'il était obligé de porter son jacket.

Un autre couple attendait que le train arrive.

C'était un couple dans la quarantaine, entre bedonnant et athlétique, qui portaient tous deux leur casque de vélo comme s'ils craignaient de tomber. On ne pouvait pas embarquer de vélo dans le train. Et ces deux-là traînaient tout de même leur casque. De plus, ils ne se parlaient pas. Comme s'ils se demandaient ce qu'ils faisaient là.

Puis il y avait Superman. Enfin, ce n'était pas Superman mais il arborait un tee-shirt avec le célèbre sigle du surhomme. Évidemment, il n'avait pas la gueule de l'emploi. C'était un rouquin dans la cinquantaine. Il ne lui restait plus que des gencives. Et il arborait une coupe de cheveux Longueuil.

Superman parlait un peu tout seul. À moins qu'il n'en était à compter son argent à voix haute.

Quoi qu'il en soit, le train arriva.

En fait, ce n'était pas un train. C'était une vieille camionnette remodelée en petit train tchoutchou pour les enfants et les visiteurs du site. Il fallait absolument prendre ce train pour rentrer au zoo voyez-vous.

Donc, les deux couples et Superman ont pris leur siège à bord du ti-train-va-loin et on annonça le départ par-dessus la musique d'une quelconque station de radio rock-matante.

-Et c'est un départ! Demeurez bien à vos sièges durant le trajet. Il est interdit de fumer. Toute l'équipe vous souhaite la bienvenue au Zoo de St-Barnabé!

Cinq minutes plus tard, tout le monde débarquait au Zoo. Le train passait à toutes les demies heures pour ramener les visiteurs au stationnement. Et en avant l'aventure!

L'éléphant avait l'air malade.

L'ours blanc crevait de chaleur et le vieux qui portait un survêtement de sport aussi. Il avait fini par l'ôter se l'enrouler autour de la taille.

Les oiseaux étaient en cage.

Les fauves aussi.

Même les lamas ne voulaient rien savoir des touristes.

Superman parlait tout seul avec un orang-outan qui ne lui répondait pas.

Le couple qui portait des casques de vélo regardait leur cellulaire.

-Qu'est-ce qu'on fait ici?

Le vieux couple en avait déjà assez. Ils attendaient déjà le train. Mais séparément. La vieille rousse était dans son coin avec sa cigarette et son air constipé. Le vieux chauve teint en noir ne fumait pas. Il suait et regardait parfois vers ce qui devait être son épouse avec un zeste d'inquiétude.

Le couple avec leurs casques de vélo étaient derrière et ne disaient rien.

Superman marmonnait quelque chose. Comme s'il regrettait lui aussi d'être allé au Zoo de St-Barnabé.

Le petit train tchoutchou revint prendre tout le monde.

-Veuillez demeurer bien assis à vos sièges... Toute l'équipe du Zoo de St-Barnabé vous remercie pour votre visite! Revenez nous voir seul ou en famille pour profiter d'une ambiance digne de la jungle!

La vieille rousse semblait être redevenue parlable.

Elle reposait sa tête sur l'épaule de celui qui ne pouvait être que son amoureux.

Il sentait mauvais l'Aqua Velva mais c'était mieux que de sentir mauvais tout court.

Superman avait faim et il le disait bien fort.

-Y'a pas un dépanneur icitte, què'que part? J'ai faim en calvâsse moé!

-À l'arrêt d'autobus où t'as débarqué, y'a un dépanneur... lui répondit le chauffeur du ti-train.

-Merci m'sieur... J'ai faim. Pis quand j'ai faim faut qu'j'mange, philosopha le rouquin en postillonnant amplement.