jeudi 27 juillet 2017

Les utopies font avancer le monde

Les scénarios catastrophes nous viennent naturellement à l'esprit puisque nous y avons été conditionnés dès l'enfance. À la menace nucléaire se sont ajoutées d'autres menaces tout aussi terribles et génératrices d'anxiété. Si ce n'est pas la bombe atomique qui vient à bout de nos vains efforts, ce sera le climat, la guerre, la peste ou le choléra.

Quoi que nous fassions nous semblons d'ores et déjà coincés. Et, par dépit, nous adoptons la philosophie des classes supérieures du Titanic, croyant qu'il y aura toujours un bateau de sauvetage pour une milady ou bien un gentleman.

Je ne m'avancerai pas plus loin sur le sujet. D'autres que moi l'approfondiront avec plus de justesse. 

Ce qui m'intéresse, maintenant, ce sont les utopies.

N'allez pas croire que j'aie raison d'envisager l'hypothèse d'un monde meilleur. Je ne ressens même pas le besoin d'y croire moi-même. C'est l'été. Prendre une respiration à la fois est bien suffisant. Le monde tourne, avec ou sans moi. 

Pourtant, je me surprends à rêver.

Il y a de plus en plus de voitures électriques et il est probable que ce soit une tendance qui pourrait modifier nos transports.

Nikola Tesla était convaincu de pouvoir transmettre une énergie libre et gratuite par le biais des ondes radio ou gravitationnelles. Ce qui mettrait fin aux guerres pour le contrôle de l'énergie. Tout le monde aurait accès à un maximum d'énergie pour sweet nothing.

Westinghouse, qui finançait ses travaux, ne le voyait pas ainsi. Il préférait ses barrages hydroélectriques. «Je ne donnerais pas un sou à une énergie sur laquelle je ne pourrais pas mettre un compteur», aurait-il répondu à Tesla.

Un peu plus tard Tesla prétendit avoir découvert une arme absolue qui pourrait fendre la Terre en deux. Il voulut transmettre le secret de son invention à tous les dirigeants de la Terre pour les forcer à s'entendre les uns les autres sous peine de tous y passer.

On ne sait pas ce qui est advenue de son «invention». Par contre, l'usage de l'arme nucléaire relève de la même logique. Tous les fous de la Terre possèdent le secret pour la faire éclater. Ils doivent s'entendre ou disparaître.

***

Je me suis écarté de mon sujet pour mieux y revenir.

Il serait donc possible de concentrer nos efforts sur la recherche d'une énergie libre, gratuite et accessible pour tout un chacun.

Je me doute bien qu'elle existe, cette énergie, même si mes cours de physique remontent à plus de trente ans.

On pourrait rouler gratuitement, où que nous voulons, sur des véhicules autonomes, pas bruyants et qui pourraient même voler, tiens.

Il y aurait plus de rues piétonnières. Plus de pistes cyclables. Plus d'arbres. 

Comme il y aura toujours de moins en moins boulot pour tout le monde, il y aurait plus de partage.

Il va de soi qu'il n'y aurait plus de criminalité et c'est là que mon rêve faiblit.

Comment mettre un terme à la corruption, à la fraude, au vol et à tout le reste?

Certainement pas en faisant toujours la même chose.

Cela va tomber ça aussi. Comment? Je n'en sais rien. Peut-être par ennui. La lassitude des criminels sera telle qu'ils préféreront les arts et la philosophie. Ça s'est déjà vu avec des empereurs romains. Pourquoi pas avec des petits caïds faiseurs d'élections?

***

Tout est possible.

Le meilleur comme le pire.

Le pire, ça s'est déjà vu.

On pourrait aller encore plus loin dans la fange, mais c'est vain comme une guêpe qui se laisserait mourir au fond d'une canette de boisson gazeuse.

Le meilleur, ça c'est original.

Ça change de la routine.

Ça met un peu de couleurs dans nos vies fades.

***

Évidemment, si rien ne change peut-être faudra-t-il faire comme Nikola Tesla.

Il est mort à New-York en nourrissant les pigeons dans les parcs.

C'était mieux que rien.

Plus besoin de se fendre le crâne.

Ou bien de fendre la Terre en deux.