mercredi 5 juillet 2017

Les États généraux des Écureuils

Il était de voir les écureuils se rassembler. La plupart du temps ils allaient chacun de leur côté, emmagasinant pour l'hiver dans le but d'y survivre.

La mort de plusieurs écureuils au cours des dernières semaines avaient fini par créer une onde de choc dans la communauté. Les aînés avaient donc ordonné de tenir les États généraux des écureuils sous le vieux chêne, lesquels réunissaient autant les écureuils roux, végétariens, que les noirs, omnivores. Ce qui ne s'était pas vu, de mémoire d'écureuil, depuis au moins dix générations.

Tous les écureuils du comté y étaient. Il ne manquait personne, sinon quelques individualistes qui préféraient continuer à se remplir les bajoues, comme d'habitude, en ignorant le sort de leurs semblables.

-C'est bien la première fois que je vois autant d'écureuils rassemblés au même endroit! déclara Jojo Grosse-Bajoue, un énorme écureuil noir qui pouvait passer pour un chef même si personne ne l'écoutait vraiment.

-Qu'est-ce qu'il a dit cette grosse queue? demanda Squoui-Rel l'écureuil roux.

-Il a dit qu'il n'a jamais vu autant d'écureuils de sa vie... répliqua Squoui-Squoui.

-Ah bon...

-Les amis... Les amis... poursuivit Jojo, lâchez-vous la queue un moment... L'heure est grave et ce n'est pas pour rien que vous avez répondu à cet appel, j'ose le croire... Au moins vingt des nôtres sont disparus en un court laps de temps. Et permettez-moi de vous dire que les humains doivent être pointés du doigt... Les humains détruisent tout sur leur passage et, comme si ce n'était pas assez, ils s'en prennent maintenant aux écureuils...

-Ils sont pourtant gentils les humains,  siffla Squoui-squoui. Ils me donnent souvent des cacahuètes...

-À moi aussi! déclarèrent une dizaine d'autres.

-Ah oui? Et pourquoi, croyez-vous?

Personne ne dit mot.

-C'est pour nous manger! Ils nous nourrissent jusqu'à ce que l'on soit gros, incapables de monter aux arbres et faciles à attraper! hurla Jojo. Vous croyez qu'ils font ça parce qu'ils vous aiment?

-Voyons! Quand on est écureuil on n'est pas humain! Je vais souvent grignoter dans la main des humains et il ne m'est jamais rien arrivé! s'indigna Squoui-Rel.

-Ah oui? Et comment expliques-tu la mort récente d'une vingtaine de nos camarades, assommés par les humains et jetés dans des sacs pour être emportés dans le nid des humains, hein? Je les ai vus de mes yeux vus! J'ai compris pourquoi ils nous nourrissaient! Pourquoi ils déracinent les arbres! Nous ne sommes rien pour eux. Ils vont bientôt bâtir leurs nids sur notre territoire sacré, comme ils l'ont fait partout ailleurs dans l'univers connu... Puis ils vont nous assommer l'un après l'autre et nous jeter dans des sacs pour nous dévorer!

-Jojo a raison... J'ai trouvé une boîte avec un cadavre d'oiseau... peut-être un goéland... Ils nourrissent les oiseaux et ils les font rôtir sur un feu pour ensuite les manger avec des pommes de terre et du chou vinaigré! Ça m'a levé le coeur de voir ça...

-Et qu'est-ce qu'on peut faire Jojo, hein?

-Eh bien, il faudrait organiser la résistance. S'attaquer aux humains en groupe, pour leur montrer que nous ne les laisserons plus faire.

-Ils sont tellement énormes! Comment veux-tu les terrasser?

-À cent écureuils, les amis, n'importe quel être humain tomberait...

-Ça ne s'est jamais vu Jojo...

-C'est pas parce que ça ne s'est jamais vu que cela ne se fera jamais! Allez-vous, les amis, laisser faire les humains?

-Non! crièrent-ils tous en choeur.

-Qui sont les plus forts?

-LES ÉCUREUILS!

-Qui?

-LES ÉCUREUILS!!!!

-Oui, les écureuils!!! Vive les écureuils! La liberté ou la mort!

L'euphorie qui régna ce soir-là parmi les écureuils les fit tous pleurer de joie. C'était quelque chose comme un grand soir.

Le lendemain, cent écureuils plus dégourdis que les autres se jetèrent sur un humain pour le déchiqueter.

-Hourra! crièrent-ils. Vive la révolution!

L'humain gisait dans son sang avec son ridicule sac de cacahuètes qui fut la juste récompense des guerriers pour leur bravoure.

-Jamais je ne me serai mis autant de cacahuètes dans les bajoues! hurlèrent-ils tous de joie.

-C'est enfin le règne du bonheur parmi les écureuils!

Un écureuil composa même une chanson qui devint rapidement un hymne reprit par tous leurs congénères.

Allons bajoues remplissez-vous
Le jour de gloire est arrivé
Les humains sont tenus en joue
L'écureuil est enfin libéré

Rongeons les os humains
Formons nos bataillons
Rongeons, rongeons,
Qu'un sang impur
Abreuve nos maisons!

C'en était fini des humains...

Malheureusement, les humains arrivèrent avec des costumes que les dents des rongeurs ne pouvaient pas pénétrer. Ce fut un massacre. Plus de mille écureuils moururent au cours des jours suivants.

Squoui-Rel échappa miraculeusement au génocide.

Il assista, impuissant, à la destruction du parc qui l'avait vu naître. Les chênes, les trembles, les tilleuls et tous les arbres furent rasés. Puis, l'année suivante, des nids humains et des chemins de pierre finirent par détruire complètement ce qui avait été son paradis.

Squoui-Rel est aujourd'hui très vieux. Il survit tant bien que mal parmi ces horribles créatures que sont les humains. Il se promène d'un poteau à l'autre en jouant au funambule sur les fils électriques.

Peu d'entre les siens ont survécu. Ceux qui restent ne veulent plus rien savoir des États généraux, de la résistance ou de la révolution. Ils se contentent de se remplir les bajoues. Et haussent les épaules quand des humains frappent leurs camarades avec des bâtons pour ensuite jeter leur dépouille dans des sacs.

Pourtant, Squoui-Rel a encore la larme à l'oeil quand il pense à la seule fois où il avait vu les écureuils se tenir debout. Il honore encore la mémoire de Jojo Grosse-Bajoue et de tous ces autres qui sont morts pour la cause de la liberté...

Pauvre Squoui-Rel... Pauvre écureuil...

Méprisables humains...

Aucun commentaire: