mardi 25 juillet 2017

Fragments

Il y a des jours comme ça où le soleil vous frappe en pleine face.

Vous marchez sur un trottoir au petit matin et voilà que notre étoile perce le ciel et vous aveugle.

Vous y voyez un signe, bien entendu.

-Il va faire beau aujourd'hui.

Et s'il ne fait pas beau, ça ne fait rien.

Il vous restera le souvenir de ce soleil qui vous frappait en pleine face.

Ce qui permet de se nettoyer l'esprit des mesquineries propres à notre espèce.

***

Quand on lui demandait tout va bien il répondait tout le temps qu'il allait mal.

Finalement, plus personne ne lui demandait rien.

Et du coup, il se mit à aller mieux.

Il était devenu anonyme.

Fondu dans la foule.

Hors du temps.

***

Baptiste était un ivrogne qui faisait aussi profession de sorcier et de ramancheur pour gagner son boire.

Il vivait dans un taudis, un genre de hangar transformé en studio avec une toilette et un lavabo.

Le monde allait le voir pour la grippe, pour un pied reviré, un torticolis.

Puis un jour Baptiste est disparu.

Son logement aussi.

Il ne m'est resté que son souvenir.

Que je traîne comme un idiot.

Comme si je me souciais tant de Baptiste l'ivrogne...

***

Des fragments de pensée.

Des petits riens.

Des amusettes.

Des texticules.

Mes propos sont décousus de fil blanc.

***

Et coetera.