lundi 15 juin 2015

William Langevin, ministre des animaux domestiques et des plantes vertes

William Langevin concentrait l’essentiel de son temps de travail à camoufler son incompétence et sa procrastination. D’abord, il savait à peine lire et écrire. Ses courriels et ses notes de service étaient toujours extraordinairement courts. Ce petit gros croyait, à tort, qu’il réussirait de cette manière à dissimuler ses fautes d’orthographe ainsi que sa syntaxe déficiente. Pourtant, tout le monde à l’interne s’arrachait ses courriels et ses notes en se demandant comment il en était arrivé à devenir ministre des animaux domestiques et des plantes vertes. 

Dans le même ordre d’idées, William Langevin parlait très peu. Il bégayait beaucoup en plus de zozoter. Par contre, c’était le meilleur pour organiser une soirée de contributeurs du parti grâce à ses fameux bars à spaghettis. Ces soupers-bénéfices avaient l’heur d’attirer le gratin de la société et les gratinés du parti.

-Ça prend juste trois ou quatre sauces, des pâtes pis des réchauds. Ça prend une sauce aux tomates, une sauce à la viande, une sauce Alfredo pis une sauce aux trois fromages… Tu leu’ sers ça avec du vin en carton, de la liqueur ou du jus de raisins pis tout le monde est aux anges… Ça coûte pas cher, des spagouttis et pis d’la sauce… Surtout si t’as l’épicerie de ton bord… Pis ça tombe bien, l’épicerie appartient à mon père… Ça fait que c’est pas trop compliqué… Qui c’est qui connaît ça, hein? C’est bibi. Oui monsieur.

Langevin, l’air de rien, avait réussi à récolter près de 175 000$ pour le parti. Ce qui lui permettait d’espérer obtenir un siège au conseil des ministres. Un siège que le Premier Ministre avait créé spécialement pour lui en inventant de toutes pièces le Ministère des animaux domestiques et des plantes vertes.

-Faut donner un os à Langevin si l’on veut garder sa région dans notre giron, avait déclaré le Premier Ministre Louis-Philippe Trouillard. Langevin est p’t’être pas le plus brillant mais i’ nous rapporte gros… Faut dire aussi que y’a pas trop de cent watts dans sa région… Sont tous un peu abrutis… Sauf qu’i’ votent pour nous autres. Pis ça, ça mérite une place au conseil des ministres…  Que diriez-vous de créer un nouveau ministère, hum? Y’a ma nièce qui pourrait devenir son attachée politique… On dirait à Langevin de se déguiser en plante verte pis de laisser le ministère rouler tout seul… Ma nièce a une maîtrise en communications… Ça lui laisserait du temps pour organiser d’autres soupers-bénéfices pour le parti… Tout le monde serait gagnant, même Langevin. Pas pire, hein?

***

Quelques députés avaient maugréé, dont Ferdinand Mauron, un gars qui avait fait son cours classique et qui lisait presque le grec et le latin. On lui avait fait comprendre qu’il y avait déjà trois ministres dans sa région et que son tour viendrait un jour ou l’autre mais pas tout de suite.

-Faut que tu penses à l’intérêt du parti, Mauron. Faut que l’parti passe avant la personne, comprends-tu?

-J’sais bien… Mais Langevin… Fuck! I’ sait même pas écrire son nom en lettres attachées… J’veux bien croire qu’il est avantageux pour les finances du parti… Mais vous ne trouvez pas qu’on risque d’avoir l’air fou en donnant un ministère à c’te mongol-là?

-Voyons Mauron! Tu n’peux pas parler d’même de Langevin… Pis tu l’sais bien… La famille Langevin possède la moitié des épiceries du comté, des blocs à logement, deux clubs de golf, une marina, un aéroport, et coetera… Toé t’as quoi Mauron? T’as juste été commissaire scolaire pis conseiller municipal à date… parce que l’parti t’as soutenu… Rapporte d’l’argent au parti pis tu d’viendras ministre… Tu n’peux pas avoir le beurre pis l’argent du beurre…

-Je l’sais bien… Je l’sais bien…

***

« J’aie l’honeure de vous dirent que le preaugramme de destribucion de plante gratisses orra lieue en faim de semaine et que les plante serrons gratisses mais faite vitte parse queue les cantités de plente limité elles sontaient. An temp que menistre de ma persone je dit a toute le monde mersi de m’encourajé à hètre menistre… »

Langevin était épuisé. Ça lui avait pris deux heures pour écrire ce message.

-J’ai tellement de d’job que j’va’s finir en dépression du nerveux! Caline de bines, el’ monde sait pas c’est quoi être menistre! se plaignait-il à Geneviève Trouillard, la nièce du Premier Ministre qui aurait la tâche de corriger ce petit mot qui devait paraître dans l’Hebdo Régional.

-Mouin, qu’elle lui avait répondu. J’vais retravailler un peu votre lettre… Pis j’vais la signer à votre place, comme d’habitude… Des signatures en lettres détachées ça s’fait pas vraiment… C’est… c’est plus vraiment à la mode… Hum…

-Fait c’que tu veux, Geneviève, j’ai entièrement conscience en toé… Moé j’veux qu’ça sèye l’air professionnel pis toutte… I’ va y t’avoir du monde important pour la distribution des plantes vertes… L’évêque Monseigneur Lapêche va t’y être… Pis le ministre conservateur du comté, Denis Lapelle… Ej’ veux pas t’y avoir l’air d’un pas professionnel pis toutte… Comme ej’ dis tout l’temps au staff, faut t’y être professionnel avec de la rigorosité! Si l’monde sont pas rigoureusement on va t’y avoir l’air de quoi au parti pis aux États-Unis, hein? Non, non… Moé chu t’un gars qui pense qu’i’ faut écrire en lettres attachées quand c’est l’bon timing pis toutte… En tout cas, moé j’me comprends… Pas vrai? I’ faut d’l’austérité!

-Oui m’sieur Langevin, avait répliqué Geneviève Trouillard en affichant une certaine moue de dédain et de scepticisme.

***

La distribution de plantes vertes gratuites connût un vif succès. L’Hebdo Régional faisait toujours en sorte de publier des articles où tout ce que faisaient Langevin et ses sbires soit nimbé de réussite. La famille Langevin était le principal acheteur de publicité de l’Hebdo Régional. Tous les journalistes devaient se le tenir pour dit, malgré le non-dit.

-On ne touche jamais à la famille Langevin… On ne critique pas les projets de Langevin… On doit toujours présenter les opposants au ministre Langevin comme étant seuls, isolés et sur le bord de rentrer à l’asile… Les Langevin font vivre l’Hebdo Régional et toute la région… Si vous voulez garder votre job, fermez vos gueules si vous ne savez pas graisser les Langevin…

***

Denis Belhumeur, seul opposant connu à Langevin dans la région ne se présentera pas contre lui aux prochaines élections. On pense que Langevin devrait être élu à l’unanimité, sans qu’il n’y ait d’élections. À moins que l’on ne présente un candidat marxiste-léniniste, mais même ceux-là semblent se désister tellement Langevin est appelé à diriger le comté pour encore des siècles et des siècles.

Denis Belhumeur, un professeur de français incidemment, en a assez de gueuler dans le désert.
On prétend qu’il veut aller vivre ailleurs. Eh bien qu’il y aille!

Le comté n’a pas besoin de ce genre de trouble-fêtes.

Grâce à Langevin, tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes.

Les plantes vertes sont vertes.

Et les blocs de béton sont vraiment faits de béton.

Quoi demander de plus?


On ne peut pas avoir le beurre et l’argent du beurre.