jeudi 4 juin 2015

À propos des marsouins qui bavent sur leur nombril

Tout le mal que l'on fait dans cette vie devrait être puni avant que l'on ne meurt. La mort crée trop d'incertitudes quant aux récompenses et aux punitions. Malheureusement, nous n'en sommes pas à tourner nous-mêmes la roue du destin et nous devons nous en remettre à quelques vagues impressions d'une justice divine pour assommer ces légions de connards qui ne respectent rien ni personne. 

Ma haine des imbéciles est sans doute exacerbée par des facteurs environnementaux. Cette haine est encore plus forte envers les imbéciles qui vivent dans mon entourage qu'envers les assassins islamistes du Moyen-Orient. Ce n'est pas que j'aime et minimise les actes des assassins, loin s'en faut. C'est que je ne reçois que de vagues échos de leurs faits et gestes, contrairement aux imbéciles de ma localité qui s'en prennent directement à mes proches. On doit d'abord balayer dans sa cour pour que le monde devienne un endroit plus propre et plus convivial. Et il y a beaucoup de travail à faire ici-même pour que l'on soit à l'abri des exactions des pleins de marde.

Il y a l'imbécile qui se saoule la gueule, se drogue et en veut au monde entier de ne pas le laisser tout détruire sur son passage. 

Il y a le pauvre type qui arrache les fleurs, les arbustes et les arbres, seulement parce qu'il est chaud et qu'il s'accorde le droit de tout enlaidir autour de lui.

Il y a aussi la crisse de folle qui gueule à trois heures du matin au mépris du sommeil de tout le monde, parce qu'elle est gelée, saoule, névrosée et puante de l'entre-jambes.

Il y a le niaiseux qui s'accorde un virage à droite sur feu rouge en toutes circonstances, prêt à tuer des piétons et des cyclistes pour un texto.

Il y a le nul à chier qui n'écoute jamais les gens parler et qui veut s'attirer la pitié de tout le monde pour tous ses pitoyables petits bobos.

Il y en a de toutes sortes, des trous du cul, et je n'ai même pas encore parler des politiciens. Ce genre de crapules n'émeut plus personne. Tout le monde s'attend à de la marde des politiciens et personne ne s'y trompe. C'est devenu presque l'ordre naturel des choses.

Oui, il y en a des têtes vides et des hosties de marsouins qui bavent sur leurs nombrils en disant des "moé, là, moé, là, moé chuis un gars qui.. chuis une fille qui... moé là, moé..." Vos gueules avec votre petit moi qui conjugue la fatuité à la vacuité!

Oui, il y en a des tonnes de débiles égoïstes et narcissiques qui travailleraient pour le Quatrième Reich sans rechigner pour faire la piastre.

À vrai dire, ce sont les comportements moraux, les belles âmes et les coeurs purs qui se font rares.

Il y en a aussi de ces bonnes gens.

Elles pèsent même plus lourd dans la balance que cent millions de têtes molles.

Du vide additionné à du vide cela ne donne rien du tout.

Une bonne personne additionnée à une bonne personne, cela donne une communauté humaine sur laquelle on peut fonder de grandes espérances.





Aucun commentaire: