dimanche 21 juin 2015

Record du monde Guinness et peinture en direct...

La température était splendide hier malgré les grands vents. Je me suis installé devant mon atelier-galerie d'art pour une session de peinture en direct. Les vents qui venaient en rafales m'ont obligé à passer mon attirail au ruban adhésif pour qu'il se maintienne en place. Chaque coup de pinceau s'accompagnait de mouvements de toile. Je n'avais donc pas à simuler le mouvement dans l'exécution de mon tableau. Il s'inscrivait de lui-même dans mon oeuvre, sans efforts,

Le centre-ville de Trois-Rivières accueillait des milliers de badauds qui transitaient par mon échoppe pour se rendre au Parc Champlain où avait lieu un record Guinness. Le restaurant La Planète Poutine promettait de mitonner la plus grosse poutine du monde. La promesse a été tenue et le record a été battu.

La poutine était distribuée gratuitement aux curieux et curieuses autour de 15 heures. Trois-Rivières, ville d'histoire et de culture, capitale de la poésie et de la pauvreté, ne manquait pas de chômeurs, d'assistés sociaux et d'affamés de toutes sortes pour se sustenter de cette poutine aspergée de poubelles de sauce brune. Les guêpes, les mouches et les Trifluviens tournoyaient autour de tout ça. Le Parc Champlain était plein.

Pendant ce temps, je trempais mes pinceaux dans le bleu, le noir, le blanc, le vert chasseur et le vert feuille pour battre mon propre record de peinture en direct.

Les amateurs de poutine venaient me voir peindre en attendant que le repas soit prêt.

Les enfants étaient nettement les plus expressifs envers mon art.

-Wow! Regarde mouman! C'est beau c'qu'i' fait le m'sieur! Wow!

Je rougissais un peu de fausse humilité, bien entendu, en trouvant ces enfants supérieurement nobles et intelligents. Ils verraient la nudité d'un empereur que je me disais... Il voient la beauté de mon artisanat...

Les adultes étaient plus austères. Ils craignaient sans doute d'avoir à sortir quelques billets de leurs poches. Les artistes sont tellement avides...Une oeuvre d'art, ça vaut 19,99$ chez Walmart. Et les artistes sont là à demander 500$ pour une toile de même dimension. C'est le prix d'une laveuse ou d'une sécheuse. Ce qui fait que je donne parfois mes toiles, pour calmer un tant soit peu le juste mépris du peuple envers les artistes qui se prennent pour d'autres. La poutine était gratuite hier et pourquoi faudrait-il payer pour du barbouillage? Arrive en ville maestro!

Les personnes âgées et malades avaient moins de retenue. Comme si elles étaient retombées en enfance.

-C'est beau monsieur ce que vous faites... C'est de l'art naïf, hein? Ça ressemblé à Tanobé.

-J'aime bien ce qu'elle fait, moi aussi... Tanobé est une grande artiste... Je fais de l'art naïf, sans doute... J'ai la naïveté de croire que je fais de l'art...

Je n'étais pas pour renier Tanobé, bien que mon style soit plus près du mien. J'ai cette coquetterie de croire que je ne suis pas imitable. On pourrait imiter mes qualités, mais pas mes défauts. Je compose à partir de ce qui trotte dans ma tête. Comment pourrait-on copier ma tête? Même moi je peine à reproduire tout ce que j'y vois quand je cligne des yeux.

-Clâque! claqua soudain ma toile qui me revola en pleine face, laissant un peu de bleu sur mon front.

Je me suis essuyé. Puis j'ai repris mes pinceaux. Un peu de vert par ci. Un peu de brun par là. Pom pom pom, chatonné-je. Et hop! Une maison, un lac, une montagne...

Je n'ai pas eu tout à fait le temps de finir ma toile. D'un visiteur à l'autre je commençais à avoir chaud et soif.

Deux de mes amis sont passés. Djici et Phil Good. Djici m'a parlé de la poutine gratuite. Et Phil Good m'a raconté des histoires de soudeurs soudards saouls morts.

Ma session de peinture s'est terminée. Le record Guinness de la plus grosse poutine du monde a été battu. Tout le monde, ou presque, est rentré chez-soi avec un petit contenant de frites accompagnés de fromage en crottes et de sauce brune.

On ne m'a rien acheté. Les jours pluvieux et tranquilles sont meilleurs pour le marché de l'art. C'est ce que l'on annonce aujourd'hui. Si vous n'avez pas envie de vous acheter une laveuse ou une sécheuse, passez me voir. Je suis ouvert entre 13h00 et 17h00, Mon atelier-galerie d'art est sis au 448 de la rue Niverville à Trois-Rivières.

***

PS: Je ne fais aucune vente sous pression. Si vous me dites que vous n'avez pas un rond je vous donnerai une toile pour le pur plaisir de partager.







Aucun commentaire: