lundi 7 octobre 2013

La page 334

Tout abruti qui se respecte finit par se lasser de trouver des réponses à des questions incessantes.

La religion intervient dans la vie des hommes pour les dispenser d'élaborer des réponses. Il n'y a qu'à prendre le livre et de l'ouvrir à n'importe quelle page pour y trouver une fadaise qui justifie n'importe quoi. Au pire, on pourrait se rabattre sur les proverbes.

***

-J'ai envie de chier! dit Untel.

L'abruti qui ne sait pas trop quoi répondre n'a qu'à piger dans son répertoire de réponses pour ne pas demeurer las et sans voix.

-Il est écrit tu chieras quand te l'indiqueras l'Éternel ton Dieu... Noir sur blanc. À la page 334. Deuxième paragraphe. Là.

L'avocat de passage ne ferait pas mieux.

-Rien n'indique qu'il y ait une prescription légale à propos de la défécation sinon celle de ne pas troubler la voie publique... Selon l'article untel, à la page 334, il pourrait y avoir là un cas d'obscénité...  dans la mesure où l'individu se livre à cela en public... bien entendu...

Voilà où nous en sommes rendus.

Plus moyen d'avoir une envie de chier sans qu'un inopportun vienne nous embêter avec la page 334 de son bréviaire de scribe du dimanche.

Je ne rentrerai certainement pas dans les annales de la philosophie québécoise pour cette démonstration par A plus B qu'il n'y a plus moyen de  vivre sans que l'on se mette à tergiverser sur la page 334.

Tiens, seulement pour ne pas me tromper, je m'en vais prendre un livre dans ma bibliothèque, n'importe lequel pourvu qu'il ait plus de 335 pages.

...

Voilà! Je suis revenu...

Ma patrie m'a beaucoup plu. Un matin ensoleillé, j'ai pris la plume et lui ai écrit. Pourquoi à elle, je l'ignore! Parfois on éprouve le besoin de posséder un ami, et c'est le besoin que j'avais éprouvé, ajouta-t-il après un silence.

C'est à la page 334 de L'Idiot de Dostoïevski. Texte intégral de la bibliothèque Marabout. Traduit par N. Poltavtzevet et F. Martin. L'année d'édition n'apparaît nulle part. Je parie pour 1956.

Bon, ce n'est pas très clair mais il y a moyen d'en faire une exégèse potable quand on n'aura rien de mieux à faire.

Ce qui n'est pas le cas en ce jour d'hui.

Merci beaucoup.






1 commentaire:

monde indien a dit...

Par contre , rien de tel qu ' un bon livre pour aller chier - Les bons livres sont hélas un peu rares - En ce moment je relis les 1001 nuits , tomes 3 et 4 - en bonne traduction - ( René R. Khawam ) - Bonne journée à toutes et tous -