mercredi 4 août 2010

Zut alors!

C'était Sa fête. Ses quarante ans. Il allait célébrer ça avec faste. Il y aurait du pâté chinois au menu et au moins une caisse de 24 gratis pour tout le monde qui viendrait le fêter.

Il envoya des courriels un peu partout pendant des semaines et des mois. À tous ses amis, puis à tous ceux et celles qu'ils connaissaient, et enfin à tous les bottins électroniques qu'il trouvait sur le web à force de niaiser.

Le jour de Sa fête, Rigodon, puisqu'il se surnommait ainsi, Rigodon, donc, vêtit ses plus beaux atours: un pantalon presque sans taches et une chemise idoine.

Il cuisina son pâté chinois. Puis il attendit la visite.

Il leur avait donné rendez-vous pour midi.

Midi passa. Personne.

Midi trente. Encore personne.

Treize heures, quatorze heures: aucune créature vivante.

Personne ne vint à Sa fête.

Rigodon mangea une bonne portion de sa mangeoire à pâté chinois.

Puis il but les vingt-quatre bières et finalement se coucha ivre mort.

Ou mort ivre.

Il s'étouffa dans son sommeil avec une boulette de viande.

Et il rendit l'âme, naturellement.

Quarante ans et déjà mort.

Zut alors!