jeudi 12 août 2010

Le Grand Prix de la bêtise 2

Un glacier de 250 km2 est à la dérive au large du Groenland. Il s'agit d'un bloc de glace qui fait quatre fois la taille de l'Île de Manhattan. Si cette grosse glace suit son chemin jusque vers Terre-Neuve, il est possible qu'elle arrache quelques plate-formes pétrolières au passage en plus d'augmenter de sept mètres le niveau d'eau de l'Océan Atlantique. Ce qui, techniquement parlant, ferait disparaître non seulement la Nouvelle-Orléans, mais aussi ce plat pays chanté par Jacques Brel.

BP a-t-elle réussi à colmater son puits? Oui, non, peut-être. Avec Photoshop on fait des merveilles. Qu'importe la vérité. Tout n'est question d'image... On a eu droit à la pire marée noire de l'histoire, aux pires incendies de l'histoire, à la pire canicule de l'histoire, aux pires tremblements de terre de l'histoire. Je ne veux pas paraître pessimiste, ni millénariste, mais il est clair que la terre ne tourne pas rond, que l'espèce humaine est tout autant menacée que les autres espèces.

Le Grand cercle de la vie est rompu. La logique a eu raison de la vie au cours des dernières batailles. Tout est carré, anguleux. Les humains sont rabaissés au niveau d'objets, échangeables sur le marché comme n'importe quelle autre marchandise. La conscience est brisée au profit des chiffres. Tout est consigné avec un soin méticuleux pour que la Machine écrase tout le monde.

Pourtant, je crois encore en l'instinct de conservation de l'être humain. Je me dis que la fibre sensible de l'humanité va finir par vibrer pour quelque chose qui vaille la peine d'être vécue. Des tas de gens sur la planète contribue à ramasser les pots cassés par les autocrates mondiaux. Qu'importe de dire s'ils sont de gauche ou de droite. On juge un arbre à ses fruits. Et des fruits pourris, il y en a partout. Ce n'est pas qu'une question de nature humaine. C'est juste que le Grand cercle de la vie est rompu.

Qu'est-ce que le Grand cercle de la vie? Oh! Pas grand chose. Seulement une fable que l'on se raconte entre aborigènes et originaux. C'est une drôle d'idée selon laquelle la vie a un sens, une poésie, voire un ordre. Rien ne saurait nommer cet ordre et encore moins le Grand organisateur lui-même, Kitché Manitou, le Grand Innommable, l'Inconnu Suprême. Pourtant, tout a un but: le brin d'herbe nourrit le lièvre et le lièvre nourrit l'homme. Pour ce qui est du prédateur de l'homme, c'est lui-même, tout le monde l'a compris depuis longtemps.

Je délire un brin. Ça me défoule.

C'est le Grand Prix automobile de Trois-Rivières en fin de semaine. Le Grand Prix de la bêtise... C'est symptomatique d'une société malade d'elle-même. De la pollution sonore et atmosphérique dans le prélart. Pour nous rappeler que nous sommes tous des crétins. Que l'humanité a besoin d'un solide coup de barre. Que le Grand cercle de la vie ne fait pas tout à fait trois virgule quatorze seize et des poussières à l'infini.