lundi 26 juin 2017

Le nationalisme est mort en 1945

La politique pervertit presque toujours notre vision d'autrui. Nous devrions tous nous considérer comme frères et soeurs si nous avions un peu plus de coeur et moins de raisons pour se détester. Cela suppose aussi que nous devrions témoigner du respect envers tout un chacun.

Je me dois de reconnaître qu'il m'arrive d'être un abruti quand j'entame une discussion politique. Cette mise en garde est d'autant plus nécessaire que je vais pointer du doigt ceux qui embrassent une Grande Idée qui voudrait passer la moitié de leur communauté sous le rouleau compresseur.

Je ne suis pas meilleur qu'un autre. Néanmoins, je crois avoir cette lucidité de décrire la maladie qui nous ronge tous: l'idéologie.

Je ne prétends pas être en mesure de nous soigner de quoi que ce soit. Cela dit, il me semble que les idées ne se valent pas toutes. Il y an a des bonnes et des mauvaises. Ce n'est pas une question de relativité. De même que l'on juge un arbre à ses fruits, on devrait juger les idées politiques aux bienfaits qu'elles suscitent dans la vie d'une communauté humaine.

***

Commençons par le nationalisme. Beaucoup s'en réclament au Québec. Les plus rusés lui donnent un vernis philosophique dont savent très bien se passer les rustres qui affichent sans fard leur chauvinisme et leur xénophobie.

Les nationalistes les mieux éduqués vous diront que le nationalisme d'une nation asservie, comme le sont les Québécois par exemple, ne peut pas être réactionnaire. Dans le même souffle, ils vous diront aussi qu'il ne faut pas mettre de conditions à l'indépendance du Québec. Les conservateurs, les traditionalistes et autres identitaires racistes ne peuvent pas être tenus de côté dans le combat pour l'indépendance. On doit afficher une solidarité discrète entre indépendantistes, à moins qu'ils ne soient trop à gauche évidemment... La gauche, on le sait trop bien, est vendue aux islamistes, aux lesbiennes, aux transgenres, aux Autochtones, aux détenus et autres cosmopolites libéraux qui revendiquent des droits irréalistes dans le but inavoué de faire oublier le combat pour libérer la nation du joug canadien... Le nationalisme oui. Mais la gauche cosmopolite, multiculturaliste, qui sent l'ail et promeut la charia, le bolchevisme, la peste bubonique et le choléra? Jamais!

***

Le nationalisme est mort en 1945. Cela me semble tellement une évidence que je me demande pourquoi je vous en parle.

Cela n'a pas échappé à plusieurs de nos intellectuels québécois, dont René Lévesque, Michel Chartrand et Pierre Elliott Trudeau. Lévesque l'avait compris bien avant 1945 en s'engageant comme correspondant de guerre à une époque où l'élite canadienne-française affichait un faible pour le nationalisme européen. Franco, Salazar, Mussolini et Hitler ont été perçus au Québec comme des chefs qui redonnaient espoir à leur nation en les délivrant du péril communiste. Trudeau a fini par douter de ce nationalisme-là en renonçant au modèle d'une société tribale qui porte un chef sur un bouclier. Chartrand a bifurqué vers l'anarcho-syndicalisme en s'éloignant lui aussi de ces formes de nationalisme tout aussi primaire que désolant. Le combat contre le cosmopolitisme propre aux nationalismes des années '30 a fait place aux luttes pour les droits civiques: émancipation des ouvriers, des femmes, des homosexuels, etc. Bref, le nationalisme québécois est devenu civilisé en excluant progressivement le nationalisme de son discours...

***

Au fond, qu'est-ce que le nationalisme? C'est Nous, moins lui, lui et surtout pas lui... Qu'est-ce qu'une société fondée sur un modèle libéral? C'est l'idée d'une communauté qui inclue lui, lui et même lui. Le nationalisme québécois a tenté tant bien que mal de reprendre des éléments de libéralisme. Il a fini par plier pour accorder le droit de vote aux femmes, la reconnaissance des syndicats sans affiliation catholique-canadienne-française, la citoyenneté aux immigrés et des formes de multiculturalisme...

Tout progrès au sein de la communauté québécoise s'est fait au détriment du nationalisme qui, d'une décennie à l'autre, s'est réduit comme peau de chagrin au point de devenir une caricature de lui-même.

Évidemment, il faut savoir dissocier la philosophie libérale de l'idéologie du Parti libéral du Québec. Cela va de soi mais il faut tout de même bien se faire comprendre.

***

J'ai voté Oui au référendum de 1995. J'ai voté Oui sans enthousiasme. Parce que l'indépendance du Québec me semblait et me semble encore un moyen de mieux contrôler nos destinées et d'accoucher d'une société ouverte enfin débarrassée du nationalisme... Ce n'est pas la panacée à tous nos problèmes. C'est un levier pour passer à autre chose. Une fois que le Québec sera indépendant peut-être que l'on cessera de nous gosser avec le nationalisme, non?

J'ai tout de même ressenti un malaise en 1995. Ce n'était pas après le discours de Jacques Parizeau suite à la défaite. Le vieux monsieur était saoul et j'ai pris avec un grain de sel ses reproches envers l'argent et le vote ethnique. Les fédéralistes ont dépensé sans compter en 1995.  On peut même se demander si les résultats du référendum n'ont pas été faussés. Ça donnait le goût de boire et de pisser au ciel «en criant dieu est mort une dernière fois» (Jacques Brel).

Cela dit, j'ai plutôt ressenti un malaise pendant le discours télévisé que Lucien Bouchard a présenté pour le camp du Oui. Un discours où il brandissait un vieil exemplaire de 1982 du Journal de Montréal. On y voyait Trudeau et Chrétien sous le titre ILS ONT TRAHI LE QUÉBEC!

C'était ça le projet de société de Lucien Bouchard?

Cette vulgaire attaque ad hominem a provoqué chez-moi des montées d'anarchisme.

Ce n'est pas tant de salir Trudeau et Chrétien qui m'indignait. C'était d'être rendu aussi bas...

Pas un mot sur le Québec qui attendrait les Québécois et les Québécoises en cas d'accession à l'indépendance. Seulement cette attaque infantile contre les traîtres et les vendus qui ne faisait pas honneur à l'intelligence des Québécois. Pourquoi faire l'indépendance? Parce qu'ils ont trahi le Québec, imaginez-vous donc... Quelle puérilité!

Quelques années plus tard, Lucien Bouchard allait devenir Premier Ministre du Québec. Il allait pratiquer des politiques d'austérité comme le pire traître et le pire vendu fédéraliste ne l'auraient jamais espéré. Il en vint même à traiter les Québécois de paresseux et à créer les soi-disant «lucides» avec nul autre qu'André Pratte, le larbin de Power Corporation.

Le malaise ne venait pas de Jacques Parizeau puisque sous les propos de cet ivrogne il y avait une volonté réelle d'avancer vers une société plus juste, plus égalitaire et plus libre. Parizeau pleurait devant les femmes qui se pointèrent devant l'Assemblée Nationale pour chanter Du pain et des roses. Lucien Bouchard leur aurait ri en pleine face...

Mon malaise venait donc de ce nationalisme rampant qui rêve de célébrer la langue française en laissant crever de faim ceux qui la parlent. De ce nationalisme de bourgeois pleins d'marde d'aujourd'hui qui font les gorges chaudes sur les bourgeois pleins d'marde d'autrefois, pour paraphraser la célèbre formule tirée du Temps des bouffons de Pierre Falardeau.

***

Nous devrions tous nous aimer, dis-je.

Je suis loin d'être parfait.

Mais mon humanisme socialiste, non moins chargé de défauts, n'exclue personne.

Il ne traite personne en valet de pied.

Il n'y a pas de traîtres et de vendus.

Seulement des pauvres cons, comme moi, qui méritent de mieux-vivre ensemble sans se donner des claques sur la gueule.

Évidemment, la discussion est inutile avec celui qui est convaincu que l'idéologie du Ku-klux-klan est philosophiquement tenable.

Elle est difficile avec les nationalistes ultraconservateurs.

Et non moins un dialogue de sourds avec les nationalistes dits progressistes.

Cela dit, vive la révolution!