lundi 11 novembre 2013

Jour du Souvenir

C'est aujourd'hui le Jour du Souvenir, un moment pour nous rappeler les horreurs de la guerre.

J'ai connu un monsieur qui a participé à la Seconde Guerre mondiale en tant que simple soldat. C'est-à-dire en tant que chair à canon. Il a fait la campagne d'Italie,  le débarquement de Normandie, puis le grand tour de la France, de la Belgique et des Pays-Bas jusqu'au coeur de l'Allemagne.

Il m'a raconté qu'on les droguait et qu'on les forçait à débarquer sur la plage pour affronter les mitraillettes et les bombes des Allemands. Si tu ne débarquais pas, le chef te foutait une balle dans la tête. On jetait ensuite ta dépouille dans la mer et tes parents recevaient l'avis que tu étais mort au front en combattant courageusement pour la patrie.

Le monsieur a survécu en se cachant. Parfois, c'était sous les cadavres de ses amis morts avant lui. Les balles rentraient dans la viande morte et il priait pour que passe l'orage d'acier.

Il a tiré sur des soldats, bien entendu, mais il ne se souvient pas ou bien ne veut pas se souvenir d'en avoir blessé un seul.

Tout se passait tellement vite. Tu vidais ton chargeur sur la fumée devant toi et au bout de tout ce carnage aveugle tu remportais la guerre ou bien tu levais les feutres pour toujours.

Des tas de gars et de filles sont morts sans savoir vraiment pour qui ou pour quoi leurs corps se battaient. Ils sont morts sous le soleil ou les étoiles, sans trop comprendre le but de leur passage ici-bas. D'autres se sont faits violer, comme dans toute guerre, et d'autres furent brûlés pour les idées fixes de propreté.

C'est aujourd'hui le Jour du Souvenir.

Il n'y a rien à fêter.