jeudi 21 novembre 2013

Je ne m'appelle pas Bouchard pour rien

Il y a tant de choses à dire que je ne sais plus où commencer et quand finir. Cela fait de moi un authentique moulin à paroles québécois. Je ne m'appelle pas Bouchard pour rien. Je suis fort en bouche. Parfois mal embouché. Et gueulard lorsque l'on fait l'éloge du fascisme.

Le mois de novembre, le plus pénible d'entre tous à traverser, me semble bien court cette année. J'ai tellement à dire, à peindre et à chanter que la dépression saisonnière n'a pas d'emprise sur moi. Et c'est tant mieux. On oublie tous les tracas avec du bel ouvrage. Siffler en travaillant, y'a que ça de vrai. Chante la vie chante, ouais.

Quand je pars, je ne m'arrête plus. Coi et même taciturne en plusieurs circonstances, je deviens un porte-voix tonitruant aussitôt après avoir absorbé des heures de méditation non-transcendantale. Je médite pour ne pas médire quand je dis quelque chose. Je tourne ma langue sept fois dans le vinaigre avant que de faire mes grimaces. J'abonde en proverbes nouveaux pour m'amuser avec les mots. L'intention est moins grande que l'exercice de prestidigitation qui s'associe au message. L'important, c'est que ça sorte, sans trop réfléchir, parce que tout ce qui est trop peaufiné sent la peau morte et goûte le moisi littéraire.

De quoi parlait-on déjà?

Ah oui! Du fait que je ne m'appelle pas Bouchard pour rien.

Mon oncle s'appelle Lucien Bouchard, c'est vrai, mais ce n'est pas celui que vous penser. C'est un autre Lucien Bouchard, beaucoup plus sympathique.

C'est tout ce que j'ai à dire puisque je m'épuise moi-même à me redire.

Merci de m'avoir lu. Des fois que ça changerait quelque chose.

Sinon, eh bien ce sera toujours une niaiserie de plus dans votre journée. La niaiserie de ce sacré Guétan.

Ha! Ha! Ha!




5 commentaires:

Misko a dit...

Yo Gee! :¬) By the way, j'ai du Bouchard moétou. La mère de mon père était une Bouchard, de Charlevoix. Il m'arrive d'avoir une grand'gueule moi aussi; surtout quand je chante.

J'ai aussi du Bédard (ma mère) pourtant je suis pas très bédainé...

monde indien a dit...

Que tu t ' épuises ( à te redire ), c ' est leur monde qui est épuisant -
Que tu te redises , ce n ' est qu ' uns impression - juste le manque de réactions en face - toi tu continues de donner 1000 trésors que tu as & rencontres dans ce monde extraordinaire -
Et que ça change quelque chose ? Sûr que la bande de crétins et crétines qui peuplent cette fantastic planet n ' y verront rien - D ' autres le voient et te le rendent , si peu nombreux soient-ils -
Quant à la niaiserie , nous sommes tous niais et géniaux tout à la fois - C ' est assez cool comme ça -
Hmmmm , juste s ' en réjouir et rire -
Tiens , un ptit' groupe sympa que vous pouvez écouter sur youtube : ça s ' appelle "zoufris maracas" - ils sont de Sète , justement - c ' est un hasard -
Bon W.End à toutes et tous -
Ce soir ( vendredi 22 ) ici en france , c ' est le soir du Beaujolais , un ptit vin nouveau pas hallucinant mais qui est assez joyeux et donne lieu à cette petite fête - à notre santé à tous ! )

Gaétan Bouchard a dit...

Je n'ai pas eu le temps de vous répondre, Misko et Monde Indien, parce que j'étais perdu quelque part dans la forêt. Je boirais bien du Beaujolais, nouveau ou ancien, mais je dois retourner au travail, zut de zut!!! La vie tourne trop vite...

Misko a dit...

Assis au bord d'un feu dans le bois...je suis dû.

Gaétan Bouchard a dit...

Dans le bois aux premières neiges c'est comme le rappel que nous ne sommes pas grand' chose en ce vaste univers. Ramenez notre moi à presque rien est une bonne façon de le nettoyer de ses scories mentales.