jeudi 9 décembre 2010

Rosalma ne fait jamais de «pensi-pansue»

Il n'y a pas que des histoires tristes dans la vie. Ça ne peut pas aller toujours mal. Si ça se peut, d'autant mieux ne pas le savoir.

La naïveté, qui ne rend pas plus sage, permet à tout le moins quelques moments de gymnastique pour les muscles du visage qui ne peuvent être animés que par de la bonne humeur, comme tout le monde le sait.

On gagnera beaucoup de lucidité à être triste. Mais à quoi bon cette lucidité si elle nous donne un air de cul, hein?

Si la vie n'était que de rechercher l'utile et le désagréable, nous aurions tous les bajoues pendantes à trente ans et ce faciès de merde bouillie qui confine l'autre à la fuite quand nous sommes en sa présence.

Il y a toutes les raisons du monde d'être triste, lucide et déconfit. Voilà pourquoi Rosalma Diamond n'a pas toute sa raison. Elle est gaie, extralucide et confite de plaisir.

C'est une petite dame pas plus grosse qu'un protège-tuyau en styromousse.

Elle a une tête de cure-oreilles.

Ses lunettes, sacrament, on dirait de vrais fonds de bouteilles.

Rosalma est vieille, mais son visage est encore bien rond et pas trop fripé pour une bonne femme de quatre-vingt-seize ans bien sonnés.

Elle vit dans un petit studio du quartier Ste-Cécile, à Trois-Rivières, à deux pas du Super Calice où elle va tous les jours pour aller quérir de quoi se mettre sous la dent, des billets de loterie ou bien des cigarettes.

Rosalma n'affiche jamais un air de femme malheureuse alors que tout pourrait concourir à cela: sa petite chambre miteuse, son vieux linge démodé, ses deux ou trois bigoudis pour se friser quelques rares cheveux...

-Moé l'malheur, comme elle dit, j'le laisse pas rentrer dans ma maison! Dans 'a vie, quand t'es triste, tu vas prendre une marche pis quand tu r'viens ben ça file mieux. C'est pour ça que moé j'va's au Super Calice tous 'es jours, pour prendre ma marche, pis ça va tout l'temps ben parce que quand on marche on reste pas là dans son jus à faire la pensi-pansue...

-La pensi-pansue? que je lui ai demandé, comme ça, alors que j'attendais à la caisse derrière elle.

-La pensi-pansue c'est quand tu penses trop pis que tu pètes des fiouses dans ta tête parce qu'icitte pis là pis toutes sortes de maudites affaires de même... Quand tu veux qu'ça aille mal dans 'a vie, t'as même pas besoin de réfléchir, tu vas trouver tous 'es maudites raisons du monde pour faire d'la pensi-pansue!

Non, Rosalma ne fait jamais de «pensi-pansue». Elle ne regarde pas le monde avec des lunettes roses, mais avec des hosties d'gros fonds d'bouteilles. Et, vrai comme je suis là, cette bonne femme sourit tout le temps.