vendredi 2 février 2018

Et Tiwi-Zinzoui redevint Louis St-Louis

D'aussi loin que l'on se souvienne Louis St-Louis, alias Tiwi-Zinzoui, avait toujours été un gros peureux. Ce qui fait qu'on l'appelait Tiwi-Zinzoui même s'il aurait préféré se faire appeler l'Aigle, le Chevalier Noir ou bien Maître. Tout un chacun s'entendait qu'il serait plutôt Tiwi-Zinzoui pour toujours et pour l'éternité.

Tiwi-Zinzoui s'était rendu détestable à force d'agresser verbalement et surtout physiquement des tas de personnes qui avaient le malheur d'être plus faibles que lui. Tiwi-Zinzoui, ce gros peureux, aimait lire la peur dans les yeux de ses victimes. Cette peur qui était sienne et qu'il croyait contrôler en la suscitant chez l'autre, aussi minuscule soit-il.

Tout jeune, Tiwi-Zinzoui pleurait pendant les orages et allait se cacher dans les jupes de sa mère.

Puis il s'est mis à se battre. D'abord parce qu'il avait peur. Il avait tellement peur de se faire mal qu'il vous fessait normalement à coups de bottes d'acier ou de bâton. Il devint rapidement célèbre parmi d'autres peureux comme lui qui faisaient du muscle pour tromper cette peur. Ensemble, ils pouvaient tout se permettre. Les freluquets se faisaient plumer. Les faibles se faisaient agressés. Les Tiwi-Zinzoui de ce monde, je vous jure, sont de vrais paltoquets.

Évidemment, Tiwi-Zinzoui était exalté par la violence et la célébrait sous toutes ses formes. Les films, la musique et la panoplie de la violence prirent toute leur place dans la vie de Tiwi-Zinzoui. Il se fit collectionneur de couteaux de chasse, de fusils de chasse et finalement de lance-flammes.

Il avait de plus en plus peur, Tiwi-Zinzoui, du fait même qu'il se tenait avec des peureux qui réagissaient au quart de tour sans jamais maîtriser leurs émotions.

Les amis de Tiwi-Zinzoui devenaient tous des bombes à retardement armés jusqu'aux dents.

Rien pour réduire l'anxiété de Tiwi-Zinzoui qui se mit à développer des tics.

Il clignait surabondamment des yeux. Et il crachait tout le temps en se remontant les testicules, même en présence des dames.

Aucune dame ne voulait de Tiwi-Zinzoui. Ce qui le rendait encore plus amer et plus violent avec la pauvre dame qui lui tenait lieu de défouloir social autorisé. Il en finissait par penser qu'elles étaient toutes des chiennes, Tiwi-Zinzoui, parce que c'était non seulement un peureux -mais aussi un lâche.

Alors Tiwi-Zinzoui s'est fait trimbaler d'une prison à l'autre pour toutes sortes de conjugaisons plus ou moins conjugales et autres agressions sauvages à coups de bouteille.

Le temps passa.

Et Tiwi-Zinzoui devint très, très vieux.

Il a changé depuis son dernier accident cardiovasculaire.

D'aucuns deviennent plus violent.

Mais pas lui. On pourrait croire que ça l'a calmé.

C'est vrai qu'il est maintenant paraplégique mais il voit la vie autrement Louis Saint-Louis.

Il n'a plus peur de rien.

C'est comme s'il avait fait la paix avec son passé crasseux.

Comme s'il avait (un peu) touché la lumière.

C'est dur à dire.

Et Louis Saint-Louis ne vous raconte jamais ça bien longtemps.

Ça lui prend un temps énorme pour articuler.

Mais il dit qu'il a fait la paix avec l'univers et qu'il est entouré de personnes merveilleuses.

Il regrette tout ce qu'il a été. Il ne l'oublie pas. Mais il sait maintenant que c'est parce qu'il avait peur. Cette peur qui vous ronge l'âme et vous détruit.

-Moé j'aime tout l'monde, bredouille Louis Saint-Louis, les yeux embués de larmes.

La vie est mal faite.

La sagesse devrait venir lorsqu'on est fort et en santé.

Ne soyons pas des Tiwi-Zinzoui.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Remarque : Seuls les membres de ce blogue sont autorisés à publier des commentaires.