mardi 27 mars 2018

Monsieur Duval

Monsieur Duval avait échoué dans un Centre hospitalier de soins de longue durée, communément désigné sous l'acronyme CHSLD.

C'était un homme d'à peu près 80 ans qui avait été amputé d'une jambe et était condamné à son fauteuil roulant ainsi qu'à sa culotte d'incontinence.

Son dossier de patient indiquait la mention delirium tremens.

Le vieil homme n'avait plus toute sa tête et pouvait entrer dans des phases intenses de psychose hurlante.

C'était un alcoolique en fin de vie qui n'avait plus le droit de prendre un coup. Il ne recevait jamais de visite. Il n'avait pas de famille.

C'est un genre de curateur public qui gérait son budget. Il veillait à ce qu'il ne lui manque de rien et surtout pas de cigarettes. Monsieur Duval ne vivait plus que par et pour les cigarettes. Tout l'ennuyait, même la télé devant laquelle il ronflait par intervalles de 10 minutes du matin jusqu'au soir. Il ne comprenait même pas où il se trouvait. Mais la cigarette avait encore ce pouvoir de le calmer. Rien ne lui était plus agréable que de se perdre dans les volutes de fumée. C'était comme s'envelopper dans un rêve même s'il sentait mauvais, ce rêve.

Monsieur Duval portait en tout temps un tablier en amiante pour éviter qu'il ne brûle tous ses pantalons. Ils étaient d'ailleurs tout brûlés, ses culottes en fortrel d'une autre époque. Finalement, le tablier en amiante préservait Monsieur Duval de se transformer en torche humaine.

Lorsqu'il voulait aller pisser, il hélait un préposé de la plus cavalière des manières.

-Heille! J'veux pisser câlice!

Le préposé, bon prince, l'emmenait pisser. Il savait bien qu'il avait affaire à un éclopé. Il n'allait pas se soucier des manières d'un vieux canasson.

-Enwèye! Pisse maudite Gertrude! gémissait Monsieur Duval en ne faisant jaillir qu'un mince filet d'urine au teint rosé. Enwèye maudite Gertrude!!!

Évidemment, il pissait partout avec ses mains qui tremblaient. Il fallait ensuite changer sa couche et tout nettoyer autour. Mais bon, c'est comme ça.

Un jour, Monsieur Duval voulait qu'on lui tire une balle dans la tête.

Il était dans la salle de séjour parmi les autres patients et on avait la vague impression d'être dans la cour des miracles ou bien sur un bateau pirate. Il manquait des morceaux à tout un chacun, sans compter que la tête n'était plus là pour la plupart.

-Maudit prêtre maigre de pompier sale! Tirez-moé une balle dans ' tête baptince! hurlait Monsieur Duval.

-Voulez-vous une cigarette? lui proposa le préposé.

-Ah! M'a t'en prendre une... souffla-t-il dans un dernier effort d'offrir un sourire bienveillant.

Il était maintenant en paix. Monsieur Duval.

Sa Gertrude était bien au sec et il pouvait en griller une en rêvassant.

-Ah bonyousse d'la vie que j'prendrais bin une tite bière...

Il n'y aurait plus de petite bière pour Monsieur Duval.

Seulement cette aile du CHSLD et cette chambre qu'il partageait avec un vieux vétéran sénile qui faisait encore des crêpes sous ses draps le matin à plus de 93 ans passés.

Cela semble un peu ridicule tout ça.

Et ça l'est sans doute.

La vraie vie est aussi ridicule voyez-vous.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Remarque : Seuls les membres de ce blogue sont autorisés à publier des commentaires.