mardi 13 octobre 2015

Rémi le pauvre qui n'était pas bienvenu parmi les militants trop organisés pour être vrais

Rémi n'avait pas le look de l'emploi bien qu'il n'était pas là pour y travailler à prime abord. Il avait l'air tout ce qu'il y a de plus conformiste: un pantalon propre, un tee-shirt blanc sans logo, des espadrilles et un manteau bleu marine bon marché. Le tout était complété par un visage rasé de près et des cheveux courts bien peignés.

Autant dire tout de suite que Rémi jurait dans le décor, ce que ne manquaient pas de dire ses nouveaux camarades, des gosses de riches habillés tout de travers pour se donner des airs de pauvres.

-Ce qu'il a l'air conformiste ce Rémi! Vous êtes certains que ce n'est pas un espion, un gars qui travaille pour la police? se demandait-on parmi les crasseux volontaires.

-Je ne croirais pas, répondait Félicien, le chef de cette secte socialiste. Il a lu notre journal, Combat communiste, et il m'a dit qu'il voulait faire la révolution... Il semble sincère...

Rémi n'avait pas besoin de se donner des airs. Tout transpirait la pauvreté chez-lui. Il voyageait à vélo ou bien en autobus. Il travaillait pour payer ses études. Il ne connaissait rien du groupe The Clash et méprisait un tant soit peu Che Guevara pour son socialisme autoritaire. Tout ce qui l'amenait à militer parmi cette bande de petits-bourgeois c'était sans doute un besoin viscéral de combattre l'injustice. Rien de moins, rien de plus.

Il n'y milita pas longtemps. À peine six mois. Au terme desquels il finit par se mettre à dos toute la tribu avec le mépris qu'il affichait envers Fidel Castro, Mao Zedong, Joseph Staline, Léon Trotsky, Lénine, Gramsci et toutes les majorettes du marxisme.

-Le socialisme c'est la liberté ou bien ça ne vaut pas la peine... Je veux une révolution, une vraie... Pas changer ce système pourri par un système encore pire! Je veux la justice et l'égalité pour les pauvres! Pas seulement passer le café et les tracts pour les gosses de riches du Parti! Vous n'êtes pas révolutionnaires! Vous appliquez le programme des conservateurs sous un autre nom! Vous voulez diriger le peuple à grands coups de pieds dans l'cul!

Ses propos l'avaient condamné à se faire excommunier du groupe.

-Je vous l'avais bien dit qu'il avait l'air trop conformiste! avait déclaré le camarade Sacha. C'est un bourgeois dans l'âme, toujours bien rasé et parfumé! Pouah!

Rémi s'était donc rendu chez les anarchistes pour y militer. Il jura tout autant dans le décor. Ces gens habillés de noir se firent d'abord accueillants, tout en le regardant comme un extraterrestre. On le condamna à passer des tracts qu'il ne pouvait pas rédiger lui-même, puisqu'ils devaient tous être adoptés par le collectif. C'était uniquement les textes de Marc-André, le chef de ce groupe prétendument anti-autoritaire, qui étaient adoptés. Marc-André, fils d'un juge à la Cour supérieure, maîtrisait à merveille la langue de bois et écrivait des trucs du genre les militantes et les militantes, les Québécois et les Québécoises, les Canadiens et les Canadiennes, les anarchists et les anarchist-e-s... Ces textes étaient lourds et à proprement parler illisibles. Et tous maintenaient que ces tracts déclencheraient la révolution tant attendue...

Rémi quitta cette secte, comme il l'avait fait précédemment avec l'autre. Il se réfugia dans les bibliothèques et apprit à devenir libre, pour lui-même, avec un idéal de justice sociale toujours aussi sincère, mais éloigné de toutes les magouilles de ces militants petits-bourgeois qui se foutaient bien des pauvres, somme toute.

Rémi participe encore à des manifs de nos jours. Cependant, il choisit ses causes. Il participe rarement aux manifs subventionnées. Il est présent pour les manifs spontanées, sans chef ni organisation, qui réunissent des individus libres, indignés et sans étiquettes.


1 commentaire:

monde indien a dit...

Il n ' y a sans aucun doute aucun parti qui vaille -
La politique c ' est juste l ' organisation de la vie commune pour le BIEN-ETRE DE TOUS - et TOUTES - et de la nature -
Si cette base est admise il n ' y a PLUS AUCUN parti possible - Juste le bien de tous -
( les partis , personnellement , je les emmerde ! )