mercredi 7 octobre 2015

Domo Arigato Mister Roboto

Il semblerait qu'au Japon on en ait assez des "sciences molles". 

La philosophie, la sociologie, la littérature, le théâtre et l'histoire sont tout à fait inutiles pour former un esclave moderne. 

On n'a pas besoin de ces matières qui nourrissent les mauvais instincts pour construire des automobiles ou gérer des réseaux informatiques. 

L'économie peut très bien se passer de Lao Tseu, Socrate, Bouddha, Rimbaud, Shakespeare, Michelet, Yourcenar et tous ces autres improductifs. 

Les jeunes vous le diront eux-mêmes: à quoi ça sert de se casser la tête pour rien, hein? C'est vrai, au fond... Pourquoi vous casseriez-vous la tête? Vous n'avez qu'à vous laisser vous la faire casser tous les jours, servilement, comme des clous que l'on enfoncerait dans le cercueil de ce qui fût l'homo sapiens.

À l'homme pensant, le Japon propose d'opposer l'homme-machine.

On va lui enseigner les mathématiques, pas plus qu'il n'en faut.

On écartera de l'enseignement des sciences les réflexions critiques comme l'épistémologie, jugée trop philosophique, pour lui préférer une vision euclidienne des chiffres et des lettres. Rien de bien compliqué. Juste ce qu'il faut pour compter le volume d'un cube aussi carré que faire se peut.

Tout étudiant sera bientôt doté d'une pensée binaire.

Les émotions, les intuitions, la contemplation: tout ça sera liquidé.

Les mononcles seront encore plus mononcles. Les matantes encore plus matantes. Cela va sourire à s'en faire sécher les dents.

Ils ne sauront pas vous dire où est située l'Afrique. Mais ils sauront tout sur le dernier modèle de Iphone ou bien sur telle ou telle stupidité diffusée sur YouTube.

Ils seront heureux comme jamais l'humanité ne le fût jusqu'alors.

Et quand ils deviendront vieux, on les parquera dans des mouroirs, on leur fera manger des soleils verts et on leur dira sayonara sans ciller des yeux.

Bientôt près de chez-vous, des humains encore plus objectivés, des créatures réduites à l'état de choses, des modèles uniques de clones qui s'ignorent.

Merci beaucoup Monsieur le Robot.