jeudi 16 janvier 2014

Le culte de l'histoire m'emmerde

Il me semble qu'on ne doit pas élever l'histoire au niveau d'un culte. Tous ceux qui l'ont fait n'en sont pas devenus meilleurs.

Tout ce qui compte, c'est ce qui ne se compte pas. Enlever l'infini d'un homme et il ne tardera pas à penser vous achever d'une manière ou d'une autre.

Voilà pourquoi j'ai pris le Docteur Jivago pour un héros, un gars qui écrit des poèmes et soigne des vies tandis que ça vire au cannibalisme tout autour de lui.

Idem pour Roméo et Juliette, de jeunes gens qui préfèrent s'aimer au lieu de prêter quelque intérêt aux vendettas historiques des crétins de Capulet et des idiots de Montaigu.

Il ne manquera jamais de théoriciens pour vous rappeler à vos devoirs envers l'histoire, la culture ou bien la religion. Il y aura toujours très peu de poètes.

Si François citoyen d'Assise revenait sur Terre de nos jours, il passerait pour un malade mental. On ne lui permettrait pas de se promener tout nu dans les rues et d'y livrer son message. On l'embarquerait avant la fin de la journée et on le bourrerait de pilules à l'hôpital. Il en sortirait avec un air gaga qui ne le quitterait plus jamais, la bave aux lèvres et les yeux hagards comme un ange ratatiné.

On l'obligerait ensuite à saluer quelque drapeau, idée ou loi du travail forcé pour tous de 7 à 77 ans.

Puis on dirait qu'il coûte cher à la société.

Et on lui demanderait de voter pour que la mafia reste au pouvoir et dévie la moitié de la valeur des contrats publics vers leurs poches. Ça coûte plus cher à la société, bien sûr, mais ils ne se promènent pas tout nus dans les rues en demandant à leur prochain d'abandonner leur cupidité pour se consacrer à l'amour, la cueillette des petits fruits ou bien la poésie.

Il y a des limites à rêver dans un monde qui élève l'histoire au niveau d'un culte.

Si tout le monde rêvait, on n'en finirait plus de ne rien faire.

Les pyramides, c'est à coups de fouet qu'on les bâtit.

Si l'on ne comptait que sur les saltimbanques, comment se porterait le tourisme en Égypte, hein?

Jivago, Roméo et autres Juliette peuvent bien avoir tort. 

Je préfère leur déraison à la raison qui tue et écrase tout sur son passage.

Bref, je me sens tout à fait poète et sûr qu'un gars comme François, citoyen d'Assise, aurait été un bon pote pour moi. 

Ce genre de fous m'a toujours plu.

Oui,  vraiment...