mardi 14 janvier 2014

L'Avenue du fantôme qui se tient sur une seule jambe

Cela se passait loin dans l'arrière-pays, là où il ne se passe jamais rien aux yeux de ces gens de la ville qui ne voient jamais plus loin que le bout de leur nez.

Il s'en passait des affaires en une journée, je vous en torche un papier.

Bien sûr, il n'y avait qu'une seule maison dans ce coin-là et même qu'elle était officiellement inhabitée.

C'était une vieille bicoque faite de morceaux de bois contreplaqué, de goudron et de papier brique en fin de vie. Il n'y avait plus de vitres aux fenêtres et des tas de vieux pneus traînaient ça et là dans la cour.

Personne ne restait là. Non, personne. Sauf un fantôme, ce qui n'est même pas le début de quelqu'un.

Ce fantôme était fort poli et pas du tout désagréable.

Comme il n'y avait personne dans le coin, il ne dérangeait jamais qui que ce soit.

Ce spectre passait la plupart du temps à se tenir sur une seule jambe en ne disant rien. Il ne sautait pas à cloche-pied, non, pas du tout. Il tenait une position de yoga.

L'esprit avait été professeur de yoga dans une autre vie et cela se continuait jusqu'après la mort, comme si l'on ne travaillait pas assez au cours d'une seule existence.

Il s'était appelé Michel Gabriel entre 1942 et 1999. Après, il était devenu ce fantôme qui hantait l'arrière-pays sans rien faire d'autre que de se tenir sur une patte.

Évidemment, quelques-uns l'ont vu. Autrement, je ne vous en parlerais même pas.

Il y a bien sûr le vieux Gervais, un trotteux qui aime ça virer au diable vauvert avec son quatre roues.

Le vieil animal, qui a des sourcils épais comme des touffes, nous rappelle tout le temps la présence de ce fantôme dans l'arrière-pays.

-C'est un fantôme qui s'tient juste sur un pied... Oui m'sieur... Pis i' dit rien... I' te r'garde même pas! C'est juste un fantôme plate... Sa vie devait être ennuyante en pas pour rire... Finir sa vie fantôme pis même pas capable de faire peur...

Aux propos du vieux Gervais s'ajoutaient aussi les témoignages de Georges Gauthier alias El Pas-Fin, Fafouine Baillargeon-qu'on-connaît-pas-el'-prénom et Archibald Gringoire, seul intellectuel de la paroisse qui apportait une caution morale à l'insolite.

Comme Gringoire est aussi maire de la ville, parce que personne n'aime participer à trois ou quatre réunions par jour, même si le café est gratuit, eh bien il a décidé un jour de changer le nom du rang auprès de la Commission de toponymie.

Le Rang de l'arrière-pays s'appelle maintenant l'Avenue du fantôme qui se tient debout sur une seule jambe. C'est un peu long mais Gringoire trouve que c'est ouine-heure pour vendre des condominiums dans le secteur. Il a tapé fantôme et construction domiciliaire sur Google et il prétend pouvoir prendre pas mal de poissons pour qu'il y ait toujours plus de payeurs de taxes dans notre belle municipalité de paroisse de Notre-Dame-des-Huit-Bons-Repos-de-Katawankasipiouiouiiouiyéyouwakatatow.



2 commentaires:

MakesmewonderHum a dit...

-Mademoiselle Bouchard, ch'peux-tu finir le cours dan'l passage, mon cerveau yé déjà plein?

Inspiration libre, Larson, Far Side... un peu dépassée.08 meton.

Gaétan Bouchard a dit...

Ej' connais pas Mademoiselle Bouchard mais ej' connais el' tabac pis les affaires dépassants point zéro huit, melon... Ej'éponge une inondation par les temps qui courent pis ej' vous souhaite une bonne et heureuse année en retard toi et ta douce. Mieux vaut être inspirant qu'expiré! ;)