lundi 20 janvier 2014

La Voix

Elle n'était pas facile à comprendre pour ceux qui ne venaient pas du patelin. Les gens du coin avaient fini par s'habituer d'autant mieux qu'ils parlaient le même langage. C'était un mélange de sabir, de joual, de diphtongues et de dyslepsie.

Elle s'appelait Juliette mais tous ses voisins ne pouvaient que l'appeler Hu'iett' compte tenu des difficultés qu'ils avaient à mâcher les mots, les chiffres et les lettres.

-Hu'iett' a' rest' à 'ôté ed'chez-nous ej' la connais torrieu! qu'ils disaient.

Quant à Juliette, cette petite dame de soixante-et-un an au visage à peine fripé, elle avait de la jarnigoine pour vous parler de tout et rien pendant des heures sans que vous y compreniez quelque chose, même si vous saisissiez son accent, sa prononciation et sa syntaxe toute bousillée.

-Ej' pense bin qu'c'est pas en restant en 'aquette après y'être sortie du bain qu'ej'm'en va's er'tourner travailler crétol de critaille de viârge! Ej' travaille à souère au ménage à 'a shop pis faut qu'ej'change 'es poubelles en seulement qu'ej' sais bin pas si va y awouère des cretons pou' l'déjeûner ed'main matin pa'ce qu'ieu c'est bin pas créyab' de c'que c'est qu'on peut man(g)ier pa' les temps qui courent caltor de jéritol de tourlaille! Maudite shop i' pensent à yien! Pis y'a matante Tita qui veut nous wouère pa'ce qu'son tchomme y est en train ed'mourir d'une axtension de voix qui y'i' fa' dire n'impo'te quoi pa'ce qu'i' y est aussi en train ed'virer craquepotte comme el'monde qui vieillissent trop vite du çarveau pa'ce qu'i' z'ont trop été des penseux pansus en-d'dans d'leu' vie  à s'maganer 'es z'idées a'ec des mautadites d'affaires comme des liv'es ou ben don' des Zinternettes. En tous 'es cas c'est pas d'même qu'on s'amé'y'ore el' coco pis toutes ses z'affaires-là ej' vous en passe un papier! Bon bin ç'pas toutte moé faut j'aille travailler à ma maudite shop pis ej' t'obligée d'erracrocher el' téléphone ej' si j'veux faiwe mes affaiwes. À Twois-Wivièwes faut twavailler fowe comme el' jéwisse pa'ce qu'on est pauvres comme d'la gale maudit soda de soda! Maudite ville de misère nouèwe pis ed' chômâge accoté dans l'plafond! Maudite gagne de menteurs qu'i' disent qu'i' va' y avouèwe plein d'job quand qu'i' y en a même pas! Tout l'monde r'çoivent des chèques su' ma rue... Y'a jusse moé qu'i' y'a une djobbe baptême de jéribouère!

Oui, vraiment, Juliette avait toute une voix.

Une voix forte, rapide et presque sans ponctuation.

Elle vous lâchait n'importe quoi tout d'un trait et, franchement, si vous n'étiez pas né dans les alentours vous ne pouviez que la regarder en clignant des yeux lorsqu'elle s'adressait à vous.

Elle avait aussi coutume de dire bonyourre pour dire bonjour.

-Bonyourre! qu'elle disait, Juliette, et on lui répondait bonyourre nous autres aussi puisque nous sortions du même moule.

Comme quoi je ne ris pas vraiment de ces travers.

Je ne suis que le philologue innocent d'un coin perdu que j'appelle encore ma patrie.

Ma patrie qui ne dépassera jamais quelques pâtés de maison de Trois-Rivières.

Ma patrie qui s'arrête au premier coteau et qui ne comprend que ceux et celles que l'on ne comprend pas.



Aucun commentaire: