dimanche 15 mars 2009

DEUX PETITS MESSAGES COMME ÇA, À BRÛLE-POURPOINT


LE VIOLEUR N'A PAS ÉTÉ EXCOMMUNIÉ...

Le dimanche, c'est toujours le temps de porter un «second regard»...

La semaine dernière, une jeune Brésilienne de sept ans a été excommuniée par l'évêque catholique de Recife, en plus de sa mère et des médecins qui l'ont fait avorter. L'évêque est juste ici, à gauche, sur la photo. N'est-ce pas qu'il a l'air mignon?

La jeune fille était enceinte de son beau-père qui l'a violé. Aux dernières nouvelles, le beau-père n'a pas été excommunié... L'évêque que l'on voit ici sur la photo n'a pas jugé bon de porter un jugement aussi sévère envers le brave homme. Dieu n'est que miséricorde, n'est-ce pas?

Cette affaire n'étonnera pas les protestants, les raëliens ou les athées. Elle fait surtout mal à ces catholiques qui, en Europe, se débaptisent par milliers. Plutôt être chrétien avec ceux qui ont le coeur à la bonne place que d'être catholique avec le pape et sa flopée d'évêques mesquins qui colportent une idéologie qui va bien à l'encontre du sens commun, voire des paroles évangéliques où le monsieur de Nazareth empêche les gens de lapider une prostituée. Tout ce que trouvent à faire ces chrétiens du dimanche c'est de lancer des pierres sur une enfant de neuf ans qui, rappelons-le, A ÉTÉ VIOLÉ PAR SON BEAU-PÈRE TABARNAK!

Les églises catholiques peuvent bien fermer l'une après l'autre. Le monde n'est pas si stupide et si desséché dans sa morale de tous les jours. L'église préfère que les Brésiliennes s'avortent elles-mêmes avec des aiguilles à tricoter ou de l'huile de ricin, comme dans le bon vieux temps. Morale de ploucs qui auraient mieux fait de s'intéresser aux femmes pour les bonnes raisons.

C'est vraiment de la merde, cette histoire. Et si les catholiques d'ici ne trouvent rien à redire là-dessus, c'est qu'ils sont bien plus sans coeur que je ne le croyais.

Personnellement, je ne suis pas catholique. Et c'est drôle, cette histoire-là ne me donne pas du tout l'envie de le devenir.

Ça fait dur, hostie que ça fait dur.

Et vous remarquerez que ceux qui militent contre l'avortement sont souvent les mêmes qui militent pour le rétablissement de la peine de mort. On n'en est pas à une contradiction près.

Heureux ceux qui seront crus sans être cuits...

***
Post-scriptum: Helenablue en parle aussi dans son dernier billet.

***

RIP ALAIN BASHUNG

Alain Bashung est mort d'un cancer hier. J'aimais bien sa chanson Vertige de l'amour.

Il était l'un de ces chanteurs français qui ne me cassaient pas trop les couilles, avec Gainsbourg, Lavilliers, Sardou, Higelin et Charlélie Couture.

À l'image de tous les Français que je connais, les textes de ses chansons étaient bourrés de calembours. Mais sa musique était franchement afro-américaine.

On apprécie moins les calembours de ce côté-ci de l'Atlantique. Sol étant l'exception.

Repose en paix Bashung.

5 commentaires:

  1. Eh bien , on peut dire que l'on est synchro là tous les deux pour les sujets du jour !

    http://helenablue.hautetfort.com/

    je suis outrée par cette histoire , comme tu le dis si bien , elle a été violée par son beau-pére tabarnak !
    ça me met hors de moi ! et c'est elle qui est montré du doigt ...

    Merci Gaétan , pour tous ces enfants qui vivent ces drames , oh oui , les églises peuvent bien fermer les unes aprés les autres !

    Ca fait dur . Trés dur .

    RépondreEffacer
  2. Le pire c'est que les évêques catholiques locaux semblent tous avoir perdu non seulement la voie, mais aussi la voix.

    RépondreEffacer
  3. Les voies de Dieu sont impénétrables , mais pas celles des petites filles !

    "Câlice d'esti de calvaire de tabarnak d'asti d'ciboire de sainte-viarge!"

    Excuse , mais j'ai un faible pour votre maniére de sacrer en grande partie à cause de cette hypocrisie , ces " sans voix ".
    vois-tu , vraiment je trouve cela plus que débectant et je suis sidérée finalement que personne ne se préoccupe vraiment du sort de cette petiote , merde , quoi 9 ans !
    Mais de quelle matière sont-ils fait ?

    RépondreEffacer
  4. L'évêque a l'air d'un tueur en série. Il a l'air de circonstance.

    Aux yeux de la planète, on envoie ce message : le beau-père est pardonné et pardonnable, LUI !

    Si la réalité dépasse la fiction, l'horreur dépasse l'imagination.

    RépondreEffacer

Remarque : Seuls les membres de ce blogue sont autorisés à publier des commentaires.