lundi 10 février 2014

Tant qu'à avoir un char, aussi bien qu'il soit propre

Nous sommes allés faire prendre une douche à notre camionnette en fin de semaine.

Le lave-auto est situé à Trois-Rivières, dans le secteur du Cap, au carrefour des rues Fusey et Saint-Laurent

Comme nous arrivons là, un pick-up rouge vif nous bloque le chemin.

-Qu'est-cé qui fout là dans l'chemin, hein? que je m'énerve à dire.

-Y'est stâlé! affirme ma blonde.

Le petit barbu qui conduit le pick-up rouge vif finit par faire repartir son bazou et libère notre chemin.

Je m'en vais acheter une séance de lave-auto et lorsque nous arrivons devant le lave-auto il est déjà occupé par le pick-up rouge.

On attend quatre ou cinq minutes. Puis c'est au tour de notre camionnette de se faire doucher.

Pendant qu'elle se fait décrotter nous constatons que le pick-up rouge est encore stâlé devant la porte de sortie du lave-auto. Le petit barbu nous bloque encore le chemin. Et il regarde machinalement sous sa voiture comme si quelque chose allait lui dire quoi faire.

Il y a une drôle de décoration derrière son pick-up. Il s'agit d'une plaque de styromousse blanche d'environ deux pieds carrés sur laquelle repose un crucifix. On se sent en plein débat sur la charte de la laïcité avec des crucifix gros comme le bras et un pick-up stâlé.

On prétend que la foi déplace les montagnes.

N'empêche que le pauvre gars est encore stâlé avec son pick-up porte-crucifix.

À l'ouverture des portes du lave-auto, le gars se décide de faire avancer son pick-up fraîchement lavé par la seule force de ses bras et de ses jambes pour nous libérer le chemin.

J'y vois un signe.

Tant qu'à avoir un char, aussi bien qu'il soit propre...