dimanche 16 octobre 2011

Les indignés occupent Wall-Street, Londres, Paris, Rome, Trois-Rivières...

Les indignés occupent Wall-Street, Londres, Paris, Rome, Trois-Rivières...

La noosphère véhicule le même message contre le pouvoir de l'argent.

Obama rappelait aux banquiers de Wall-Street qu'il était le dernier rempart entre eux et les fourches.

Pourquoi défendrait-on les fortunes de l'infime minorité?

Pourquoi 99% de l'humanité devrait payer pour le 1%?

Chez les Autochtones d'avant la Conquête européenne, les chefs étaient pauvres parce qu'ils se dépouillaient de tout pour rendre pleinement service à la communauté. Il prouvait qu'il était au service de la tribu en donnant tout ce qu'il avait.

On a perverti le sens de la communauté. On a perverti la solidarité naturelle entre vrais humains pour privilégier la cupidité de quelques-uns.

Pourtant, la démocratie réelle pointe le nez, partout dans le monde, depuis le printemps arabe.

Les Tunisiens ont ouvert le bal.

C'est à notre tour de danser.

À notre tour de refuser que tout revienne à l'infime minorité.

À notre tour de ne pas soutenir un système où un homme peut empiler cent millions de dollars pour s'asseoir dessus en regardant arrogamment ceux qui ont faim et soif.

Nous sommes les gardiens de ce monde et non pas les propriétaires.

Toutes les richesses, l'eau, l'essence, les sandwiches aux oeufs et l'argent appartiennent en définitive au peuple.

Tout riche est locataire des richesses mises à sa disposition par le travail du peuple.

Pourquoi devrait-on vivre des vies de misère et plier la tête quand nous formons la majorité?

Solidarité avec tous les indignés du monde. 

Bravo aux indignés de Trois-Rivières!

Power to the people!