mercredi 6 juin 2018

Chaise qui craque n'amasse pas mousse


Sa chaise craquait.

Elle craquait toujours.

On entendait un bruit sourd de réfrigérateur et de multiples ventilateurs servant à refroidir diverses machines.

La chaise craquait par-dessus tous ces bruits devenus imperceptibles à force de les entendre.

C’était un peu comme vivre avec un acouphène permanent. 

Il avait presque fini par s’y faire.

Jusqu’à ce qu’il craque. 

Il n’était vraiment plus capable de l’entendre craquer.

Il  a enfourché son vélo et a franchi les 15 kilomètres qui le séparaient d’un endroit peu fréquenté, pratiquement inhabité, en bordure d’un plan d’eau dont il nous faut taire le nom pour des raisons bien évidentes.

À cet endroit, il n’entendait plus sa chaise craquer. Ni les bruits des frigos ni ceux des autos. C’était le calme plat. La bise qui soufflait dans ses cheveux. Le chant des oiseaux. Quelques poissons qui venaient renifler en surface.

Puis il fallut rentrer.

Le bonheur n’est jamais éternel.

Chez-lui, il y avait toujours sa chaise qui craque.

Puis le bruit sourd du frigo et de toutes les foutues machines qui servent à emmerder la quiétude des braves gens.

Il s’est mis les Gymnopédies d’Érik Satie pour étouffer tous ces sons et se créer une bulle de beauté dans la petite boîte carrée qui lui servait de salle d’attente.

Avec sa chaise qui craquait.

Comme s’il avait un acouphène.

Alors qu’il n’en avait même pas…

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Remarque : Seuls les membres de ce blogue sont autorisés à publier des commentaires.