vendredi 4 août 2017

En passant par le Parc Pie XII

Je passe souvent par l'étang du Parc Pie XII à Trois-Rivières pour la simple et bonne raison qu'il se trouve sur mon chemin. Cet îlot de verdure perdu au milieu d'un parc industriel a tout de même son charme. On s'y sent subitement en paix avec soi-même quand on fait abstraction du bruit incessant des véhicules roulant à vive allure sur les chaussées environnantes.

On trouve de tout au Parc Pie XII. Ou presque.

En tout cas on y voit des saules pleureurs, des ormes, des pins et des pissenlits.

Pour ce qui est de la faune, les goélands sont largement majoritaires. Bien que les écureuils, noirs et gris, forment une remarquable population.

Dans la hiérarchie du Parc Pie XII, je crois que ce sont les canards qui mènent la barque. Si l'on fait abstraction des humains, ils contrôlent l'étang.

Les goélands et les canards cohabitent. Ils se partagent le même territoire mais gardent leurs distances.

Les canards ont priorité sur les déchets alimentaires laissés par les humains. Les écureuils noirs viennent ensuite.

Le goéland, le plus fainéant de tous, ne se bat pas pour la charogne qu'on lui laisse. Les goélands se battent entre eux pour déterminer qui va manger le premier. Mais ils ne se battront pas contre un canard ou bien un écureuil. Ils attendent que tout le monde ait fini de manger. Et pourtant, ils se reproduisent. Ils mangent. Ils sont plus nombreux que jamais cet été à Trois-Rivières.

Le corbeau choisit les meilleurs morceaux à la première occasion. Je ne crois pas qu'il ferait fuir un groupe de canards colvert. Mais les goélands lui feraient place comme à un grand seigneur... Les écureuils noirs eux-mêmes prennent la fuite.

Finalement, il s'en passe des choses au Parc Pie-XII.

Le combat pour la vie, pour le boire et le manger, dans le règne animal comme chez l'homme.

Rien de plus banal.