vendredi 30 mai 2014

Dans la vraie vie de Hubert St-Hubert

Hubert St-Hubert s'appelait ainsi parce que ses parents, Herménégilde St-Hubert et Hectorine Arseneault, ne voyaient aucun problème au fait de porter un prénom étrange.

C'était un gars dans les cinquante-trois ans et demi qui devait mesurer ses cinq pieds huit pouces et un seizième. Pour le poids, je dirais qu'il s'approchait facilement de trois cent vingt-trois livres, à peu près toutes concentrées dans les mottons qu'Hubert portaient sous la poitrine, au cul et autour des cuisses. C'était pourtant un athlète en son genre puisqu'il marchait beaucoup entre chez-lui et la pharmacie où il allait toujours s'acheter des tas de réglisses, bonbons et autres croustilles au gras trans qui y sont vendues entre deux aspirines. Évidemment, il n'avait pas le look de l'athlète, même s'il en avait le pied, mais pourquoi tant s'attarder sur l'apparence, hein? Il n'avait pas l'air de Charles Bronson ou Corey Hart, non. Il ressemblait plutôt à Humpty Dumpty en pantalons d'édu avec une mèche de cheveux gras sur le caillou et une barbe de six jours.

En fait, Hubert ne vivait que pour se rendre à la pharmacie puisqu'il n'y avait pas d'autres vendeurs de victuailles dans son secteur, sinon dans des bars ou des restaurants. Ce coin-là du centre-ville était dédié aux plaisirs les plus vulgaires qui soient, dont celui de dégueuler tout son soûl à quatre heures du matin sur les trottoirs qui semblaient frais comme une rose pendant la journée. C'est vrai que des cols bleus les arrosaient toujours vers les cinq heures du matin pour que notre beau centre-ville n'ait pas l'air d'une litière à humains.

Toujours est-il que notre bon Hubert ne connaissait nul autre endroit que la Pharmacie Gens-Foutus (acronymement désignée par les lettres PGF) pour se donner l'illusion de faire partie d'une société de cons sans ou avec sommation. On trouvait de tout chez PGF, même un ami, sauf que notre jambon d'Hubert n'en souhaitait pas vraiment des amis, trop préoccupé qu'il était à boire, mâcher ou bâfrer.

J'oubliais de dire que la pharmacie vendait aussi des oeufs, du beurre de peanuts, de la sauce à spaghetti en conserve, du fromage qui fait skouik-skouik, des batteries Energizeur sans gluten et du soda de marque Popsi-Calice.

Hubert St-Hubert se crissait tout ça dans le corps, sauf les batteries, et il était heureux comme un orang-outan hilare d'avoir cette belle promenade de quatre cents vingt-huit pieds à faire dans sa vie de tous les jours. Une belle randonnée entre la chambre minable qu'il occupait à l'Hôtel-des-vieux-garçons-battus-morts-de-peur et la Pharmacie Gens-Foutus.

Si d'aventure il se sentait malade, c'est évident que Hubert Dumpty pouvait illico prendre ce qu'il lui fallait pour guérir à la pharmacie. Il ajoutait à sa commande régulière de chips et de chocolat quelques comprimés pour la digestion et quelques tubes pour se graisser le cul qui autrement lui saignait d'aplomb. Il ne lui restait plus ensuite qu'à bouger ses miches bien graissées jusque chez-lui pour retrouver ce précieux sentiment de liberté et d'indépendance qu'il réussissait à entretenir entre deux chèques issus du trésor public. Des chèques qui portent naturellement assistance aux maigres comme aux trop gros qui enflent à l'ombre d'un soleil qui ne brille pas pour tout le monde.

Hier matin, Hubert se berçait sur le balcon de sa maison de chambres. Il mangeait ses chips au ketchup en se plaignant à moi qu'il avait hâte que le chèque rentre vendredi. Il m'a aussi raconté qu'il en avait assez des chips au ketchup et qu'il allait essayer les chips à la crème sûre.

-C'est ton choix Hubert... C'est toé qui l'sait, que je lui ai poliment répondu.

-C'est qui Philippe Couillard? qu'il m'a demandé.

-C'est le Premier Ministre du Québec...

-Ah... répliqua-t-il. J'pensais que c'était un évêque ou un autre... Sont toujours là à s'faire prendre en photo qu'on sait p'us qui qui fait qui ou qui qui fait quoi. Ça fait qu'i' augmentent toutte tout l'temps, même les chips... Y'en avait plus souvent à quatre-vingt-dix-neuf cents avant à 'a pharmacie... À c't'heure, i' 'es vendent une et dix-neuf... Une et dix-neuf pour des chips!!! C'est rien qu'des chips pourtant! Une patate, c'est pas ça qui coûte cher!!! Maudit gouvernement plein d'marde de Couillard de calice! J'y irai p'us voter! Qu'i' mangent toutte d'la marde c'te gagne d'hostie d'crosseurs de sacrament!