dimanche 2 novembre 2014

Qui est craquepotte?

Il y a toujours deux poids deux mesures pour nous rappeler que la justice erre souvent en ce monde.

Prenons ce nono quelconque qui a tué ses vingt-six enfants après avoir tenté de se suicider en avalant un galon d'eau de javel avec deux comprimés de vitamine C. Comme il a survécu, on lui a fait un procès. Puisqu'il n'était pas sans ressources, il s'est payé un bon avocat. Comme circonstances on ne peut plus atténuantes, des spécialistes et lologues de tous les horizons sont venus témoigner à son procès pour dire au juge et aux jurés que ce nono-là était certainement un craquepotte.

Personne ne saurait en douter bien sûr. Cela prend un craquepotte pour tuer ses vingt-six enfants.

D'où une condamnation de deux ans moins un jour à purger dans la communauté. Le craquepotte devra faire des travaux compensatoires dans un centre de la petite-enfance. C'est lui qui va passer le lait et les biscuits lors des collations.

***

Un autre nono, tout aussi craquepotte, s'empare d'un fusil de chasse et monte à l'Hôtel-de-Ville pour tirer sur tout ce qui se trouve sur son passage. Après avoir tué un agent de sécurité et un greffier, on finit par l'attraper parce qu'il n'a plus de munitions.

On lui fait un procès, bien entendu. Ce nono est sans ressources et l'État lui offre Me Gogoune, un avocat de l'aide juridique reconnu pour aimer sniffer des souliers d'escortes dans des chambres d'hôtel miteuses.

On ne lui trouve pas de circonstances atténuantes. Les spécialistes et lologues de tout acabit témoignent à son procès pour signifier au juge et aux jurés que ce gars-là n'est pas un craquepotte, mais plutôt un terroriste.

Et ce nono-là se fait condamner à deux mille cinq cent huit ans de prison sans possibilité de libération. C'est bien mérité, bien sûr, mais l'autre qui tue ses enfants est toujours en liberté.

***

Il y aura des funérailles civiques pour les victimes du terroriste. On va faire parader l'armée, la police, les pompiers, les députés, les juges et les jurés.

Pour saluer la mémoire des victimes du craquepotte qui a tué ses enfants, on s'est contenté d'une messe avec des petites sandwiches pas de croûtes. Il n'y avait pas de cornemuse ni de piccolo. Pas de salves de fusils chargés à blanc. Ni de minute de silence où que ce soit.

***

Y'a-t-il une morale à tirer de tout ça? Pas du tout. C'est comme d'habitude.