mardi 21 octobre 2014

Les gosses de riches qui renversaient des bacs à ordures...

Des énergumènes ont renversé des bacs à ordures devant chez-moi cette nuit. On a entendu trois gros boums. Il était trois heures du matin, l'heure du last call et de la sortie des bars.

Ma blonde s'est levée en sursaut. Elle semble avoir reconnu deux collégiens et une collégienne qui demeurent dans l'ancien bloc où vivait mon frère. Il avait déménagé à cause du bruit, entre autres. Le party n'a jamais cessé depuis. Et tous les voisins subissent les dommages collatéraux provoqués par les bacchanales de ces gosses de riches qui n'ont pas mangé leur ration de coups de pieds au cul dans la vie.

Un policier est passé en sens inverse sur la rue cinq minutes plus tard, poursuivant une bande de jeunes probablement expulsés d'un open house party. Il y avait même une jeune femme parmi ce groupe de fêtards en déroute qui tenta presque de redresser les bacs à ordures. Elle abandonna au premier effort.

Dix minutes plus tard, des employés de la voirie sont passés pour redresser les bacs à ordures.

J'étais trop endormi pour faire quoi que ce soit. Ces coups-là se font vite et rien ne prouve à cent pourcent que ce sont nos énergumènes des deux ou trois blocs plus loin qui ont fait ça. Je dirais qu'il y a un doute de zéro virgule zéro un pourcent...  L'oeil de ma blonde ne manque pas d'acuité... Hum...

On parle de réduire la taille de l'État et de couper les retraites des policiers et autres employés de la voirie. Comprenez que cela m'inquiète.

Tous ceux qui veulent réduire la taille de l'État me semblent des hommes de paille qui servent les intérêts des bandits. Moins d'État, cela signifie encore plus de jeux, de bars, de restaurants, de casinos, une économie de pirates et toujours plus de bacs à ordures renversés...

Il n'y a pas de sécurité possible sans État dans l'ordre actuel des choses.

Moins d'État et nous vivrons comme au Mexique, un pays corrompu jusqu'à la moelle où la pègre peut exécuter sommairement quarante-sept étudiants.

Je voudrais bien dire qu'on devrait foutre un coup de poing sur la gueule du connard qui renverse un bac à ordures. Le problème, c'est qu'on ne l'attrape pas toujours sur le coup... Et puis finir avec un dossier criminel pour avoir commis des voies de faits sur un trou du cul, cela porte à réfléchir.

L'essentiel, c'est que les employés de la voirie ont ramassé les bacs et que les flics sont passés sur la rue pour ramener un semblant d'ordre au centre-ville de Trois-Rivières pendant que vous dormiez.

Les gosses de riches qui font la rumba dans le bloc d'à côté vont finir par frapper un hostie de noeud. Je ne sais pas quand ni comment. Y'a quelqu'un qui va finir par leur mettre le nez dans leur caca. Si j'y ai contribué pour quelque chose, ne me remerciez pas. Je ne pense qu'à gagner mon sommeil...